Manifestation contre la loi « travail » El Khomri jeudi 31 mars 2016 à Paris [Demonstration against the « work » El Khomri law Thursday, March 31th, 2016 in Paris]

Photo20160331_141311
Français English
J’ai participé à la manifestation contre la loi « travail » El Khomri jeudi 31 mars 2016 à Paris. Des syndicats de travailleurs (CGT, SUD, FO, CNT, …), des syndicats étudiants et lycéens (UNEF, UNL, FIDL, SUD étudiant), plusieurs organisations politiques (PCF, PG, NPA, Fédération Anarchiste, AL, PCOF, …) et quelques autres organisations (Amis de la Terre, ligue des droits de l’homme, égalité, Attac, …) étaient présents. I participated in the demonstration against the « work » El Khomri law Thursday, March 31th, 2016 in Paris. Several trade unions (CGT, SUD, FO, CNT, …), some student and high school unions (UNEF, UNL, FIDL, SUD student), several political organizations (PCF, PG, NPA, Anarchist Federation, AL, PCOF, …) and several other organizations (Friends of the Earth, human rights league, equality, Attac, …) were present.
Nous demandons le retrait pur et simple de ce projet de loi dont quelques mesures ont d’ores et déjà été retirées :

  • Augmentation du temps de travail maximum quotidien et hebdomadaire des apprentis mineurs (passant respectivement de 8 à 10 heures par jour et de 35 à 40 heures par semaine)
  • Suppression de la durée minimale du congé en cas de décès d’un proche
  • Augmentation du temps de travail maximum de nuit (de 40 heures par semaine pendant 12 semaines à 40 heures par semaine pendant 4 mois)
  • Recours aux emplois à temps partiel sans en informer préalablement l’inspection du travail
  • Augmentation du nombre de semaines consécutives avec un temps de travail maximum (passant de 44 heures par semaine pendant 12 semaines à 46 heures par semaine pendant 16 semaines)

We ask the outright withdrawal of this project of law whose some measures have already been removed:

  • Increase of the maximum daily and weekly working time for the minor apprentices (respectively from 8 to 10 hours per day and from 35 to 40 hours per week)
  • Deletion of the minimum period of leave in case of death of a relative
  • Increase of the maximum night working time (from 40 hours per week during 12 weeks to 40 hours per week during 4 months)
  • Recourse to part-time jobs without informing beforehand the labor inspectorate
  • Increase of the number of consecutive weeks with a maximum working time (from 44 hours per week during 12 weeks to 46 hours per week during 16 weeks)

Quelques mesures ont été modifiées :

  • Extension du dispositif « forfaits-jours » (temps de travail décompté en jours et non en heures) aux entreprises de moins de 50 salariés sans accord collectif (nécessite désormais l’accord des représentants syndicaux)
  • Augmentation de la durée maximale de modulation du temps de travail (passant d’un an à 3 ans, nécessite désormais un accord de branche et pas seulement un accord d’entreprise)
  • Plafonnement de l’indemnité prud’homale à 15 mois de salaire (disposition supprimée de la loi mais un décret est en préparation pour passer à un barème forfaitaire peu avantageux)
  • Fractionnement des 11 heures de repos obligatoires par tranche de 24 heures (disposition temporairement supprimée de la loi mais renvoyée à une concertation entre les partenaires sociaux avant octobre 2016)

Some measures have been modified:

  • Extension of the package with which the working time is counted in days, not hours to companies with fewer than 50 employees without a collective agreement (now requires the agreement of trade union representatives)
  • Increase of the maximum duration of working time modulation (from one year to 3 years, now requires a sector agreement and not just a corporate agreement)
  • Ceiling on employment tribunal compensation to 15 months of salary (deleted provision of the law but a decree is being prepared to switch to a little advantageous flat rate)
  • Splitting 11-hour mandatory rest per 24-hour period (temporarily suppressed provision of the law but postponed to a consultation between the social partners prior to October 2016)

L’essentiel des mesures de ce projet de loi est toujours présent :

  • Facilitation des licenciements économiques (une simple baisse de commande sur plusieurs mois suffirait)
  • Accord d’entreprise valable contre l’avis des syndicats représentant 70% des salariés
  • Suppression des durées minimales du congé pour catastrophe naturelle, du congé sabbatique, du congé maladie et du congé de proche aidant du code du travail (fixées par accord de branche ou par accord d’entreprise)
  • Suppression de la prévention des conditions de travail dangereuses des missions de la médecine du travail
  • Suppression de l’attribution systématique d’une qualification reconnue à l’issue d’un contrat de professionnalisation
  • Diminution de la fréquence des négociations sur les salaires par accord de branche (d’une par an à une tous les 3 ans)
  • Ouverture du financement par la taxe d’apprentissage aux CFA privés au détriment des établissements publics
  • Facilitation des licenciements en cas de transfert d’entreprise
  • Diminution de la majoration des heures complémentaires au-delà d’un dixième des heures prévues dans le contrat
  • Diminution du délai de prévenance d’un travailleur à temps partiel d’un changement d’horaire (de 7 jours à 3 jours)
  • Modification des dates des congés payés jusqu’au dernier moment
  • Limitation de la durée de validité des accords d’entreprise à 5 ans
  • Prélèvement des trop perçus de Pôle Emploi directement sur les allocations chômage sans passer par un juge
  • Suppression du délai de prévenance pour les astreintes et décompte des temps d’astreinte sur les temps de repos
  • Diminution des indemnités pour les salariés dont le licenciement économique est déclaré nul et ne pouvant être réintégrés (passant de 12 mois à 6 mois et désormais seul un salarié ayant au moins deux ans d’ancienneté peut y avoir droit)
  • Diminution des indemnités pour les salariés licenciés pour inaptitude (passant de 12 mois à 6 mois)
  • Remplacement de la visite médicale d’embauche par une visite d’information et de prévention
  • Augmentation du temps de travail maximum hebdomadaire de 44 à 46 heures par accord d’entreprise
  • Diminution des salaires et augmentation du temps de travail par accord d’entreprise
  • Diminution de la majoration des heures supplémentaires de 25% à 10% par accord d’entreprise
  • Changement du motif de licenciement en cas de refus de modifications d’un contrat suite à un accord de maintien de l’emploi (passant du motif économique à une cause réelle et sérieuse)
  • Augmentation du temps de travail maximum quotidien de 10 à 12 heures par accord d’entreprise

Most of this bill’s measures are still present:

  • Facilitation of economic layoff (a single drop of control over several months would suffice)
  • Corporate agreement valid against the opinion of the trade unions representing 70% of employees
  • Deletion of the minimum periods of leave for natural disaster, for the sabbatical leave, for the sick leave and for the family caregiver leave from the labor code (determined by the branch agreement or the corporate agreement)
  • Deletion of the prevention of unsafe working conditions from the occupational health missions
  • Deletion of the systematic assignment of a recognized qualification at the end of a professional contract
  • Decrease of the frequency of wage negotiations by sector agreement (from one per year to one every 3 years)
  • Opening of the funding with the apprenticeship tax to the private vocational colleges at the expense of the public institutions
  • Facilitation of the layoffs in case of a business transfer
  • Decrease of the increase for the additional hours beyond a tenth of hours specified in the contract
  • Decrease of the advance notice of a part-time worker for a schedule change (from 7 days to 3 days)
  • Modification of the dates of paid leave until the last moment
  • Limitation of the corporate agreements’ period of validity to 5 years
  • Debit of the Job Center’s overpayments directly on the unemployment benefits without a judge
  • Deletion of the advance notice for the constraint and counting of constraint time on rest time
  • Decrease of the compensations for the employees whose layoff is declared void and can’t be reinstated (from 12 months to 6 months and now only an employee with at least two years of service can benefit of it)
  • Decrease of the compensations for the employees dismissed for incompetence (from 12 months to 6 months)
  • Replacement of the recruitment medical examination by an information and prevention visit
  • Increase of the maximum weekly working time from 44 to 46 hours with a corporate agreement
  • Decrease of the wages and increase of the working time with a corporate agreement
  • Decrease of the increase for the additional hours from 25% to 10% with a corporate agreement
  • Change of the reason for dismissal in case of a refusal of modifications of a contract as a result of continued employment agreement (from the economic reason to a genuine and serious cause)
  • Increase of the maximum daily working time from 10 hours to 12 hours with a corporate agreement

Ce projet de loi bouleverse la hiérarchie des normes, un simple accord d’entreprise permettrait d’accorder des droits moins avantageux que ce que les accords de branches et la loi prévoient. Il dégrade clairement les conditions de travail et de rémunération des travailleurs ainsi que les conditions d’indemnisation suite à un licenciement qu’il facilite énormément. Je ne vois donc pas en quoi un tel projet s’attaque au chômage. This bill overturns the hierarchy of norms, a single corporate agreement would grant some rights less advantageous than that of sectoral agreements and law provide. It clearly deteriorates the working and workers’ remuneration conditions and the conditions for compensation following the termination that it greatly facilitates. Therefore I don’t see how such a project addresses unemployment.
Je suis resté 3 heures à cette manifestation sous la pluie, je n’ai pas pu prendre des photos d’une grande partie des cortèges syndicaux (FO et SUD). Je ne cautionne pas les actions de sabotage de mobilisations commises par certains bureaucrates syndicaux, elles portent atteinte à la fois à notre lutte, aux organisations qui y participent et aux militants syndicaux honnêtes qui en font partie. Pour moi, le syndicat n’est qu’un outil, ce n’est pas une fin en soi. Je remercie chaleureusement un lycéen de Montreuil pour cette piqure de rappel. Je ne cautionne pas l’usage de réseaux asociaux et d’outils de microblogage sous contrôle des impérialistes non plus. La lutte continue contre le projet de loi « Travail » El Khomri. La prochaine journée de mobilisation est déjà prévue pour le mardi 5 avril 2016. I stayed 3 hours in this demonstration under the rain, I couldn’t take any pictures of a great part of the trade union (FO and SUD) groups. I don’t support the actions done to sabotage the mobilizations committed by some trade union bureaucrats, they undermine both our struggle, the participating organizations and the honest trade unionists who belong to them. To my mind, the union is only a tool, not an end in itself. I warmly thank a schoolboy of Montreuil for this wakeup call. I don’t support the use of anti-social networking and micro-blogging tools under the control of imperialists either. The struggle continues against the project of « work » El Khomri law. The next day of action is already scheduled for Tuesday, April 5th, 2016.
Références :

References:

Retrait de la loi Hollande-El Khomri, Lutte Ouvrière [Withdrawal of the Hollande-El Khomri law, Workers' Struggle]
« Retrait de la loi Hollande-El Khomri », Lutte Ouvrière « Withdrawal of the Hollande-El Khomri law », Workers' Struggle
Photo20160331_134712
Retrait du projet de loi El Khomri [Withdrawal of the El Khomri law project]
« Retrait du projet de loi El Khomri » « Withdrawal of the El Khomri law project »
Photo20160331_141212
Photo20160331_141307
Photo20160331_141318
El Khomri, Valls, Macron, nous ne serons pas de la chair à patron [El Khomri, Valls, Macron, we won't be boss fodder]
« El Khomri, Valls, Macron, nous ne serons pas de la chair à patron » « El Khomri, Valls, Macron, we won't be boss fodder »
St Charles dit non [St Charles says no]
« St Charles dit non » « St Charles says no »
Bienvenue en démocratie [Welcome to democracy]
« Bienvenue en démocratie » « Welcome to democracy »
Métro boulot caveau [Underground work vault]
« Métro boulot caveau » « Underground work vault »
Saint Charles en lutte [Saint Charles in struggle]
« Saint Charles en lutte » « Saint Charles in struggle »
Rose promise, chomdu [Promised rose, unemployment]
« Rose promise, chomdu » « Promised rose, unemployment »
Ça sent le Gattaz, tout va péter [It smells like Gattaz, everything will explode]
« Ça sent le Gattaz, tout va péter » « It smells like Gattaz, everything will explode »
Si on avait voulu se faire baiser par le gouvernement, on aurait élu Brad Pitt [If we had wanted to get fucked by the government, we would have elected Brad Pitt]
« Si on avait voulu se faire baiser par le gouvernement, on aurait élu Brad Pitt » « If we had wanted to get fucked by the government, we would have elected Brad Pitt »
Loi travail, non merci [Work law, no thanks]
« Loi travail, non merci » « Work law, no thanks »
Non au racisme d'état, désamorçons la bombe bleu blanc rouge [No to state racism, let's defuse the blue white red bomb]
« Non au racisme d'état, désamorçons la bombe bleu blanc rouge » « No to state racism, let's defuse the blue white red bomb »
Si on voulait déconner avec le code du travail, on aurait élu M. Burns [If we wanted to mess with the work law, we would have elected Mr Burns]
« Si on voulait déconner avec le code du travail, on aurait élu M. Burns » « If we wanted to mess with the work law, we would have elected Mr Burns »
Lycée Pissarro Pontoise 95 et lycée Romain Rolland Ivry sur Seine 94 [High school Pontoise 95 and high school Romain Rolland Ivry sur Seine 94]
Lycée Pissarro Pontoise 95 et lycée Romain Rolland Ivry sur Seine 94 High school Pontoise 95 and high school Romain Rolland Ivry sur Seine 94
Etudiants et lycéens contre la loi travail [Students and high school students against the 'work' law]
« Étudiants et lycéens contre la loi travail » « Students and high school students against the 'work' law »
(Cachan) change le monde, la révolte gronde [(Cachan) changes the world, the revolt rumbles]
« (Cachan) change le monde, la révolte gronde » « (Cachan) changes the world, the revolt rumbles »
P7 en lutte [P7 in struggle]
« P7 en lutte » « P7 in struggle »
Inalco contre la loi travail [Inalco against the 'work' law]
« Inalco contre la loi travail » « Inalco against the 'work' law »
Saint Denis en lutte [Saint Denis in struggle]
« Saint Denis en lutte » « Saint Denis in struggle »
Loi travail à la baille ['work' law in the old tub]
« Loi travail à la baille » « 'work' law in the old tub »
Etudiantes de Marne-La-Vallée énervées [Irrated students of Marne-La-Vallée]
« Etudiantes de Marne-La-Vallée énervées » « Irrated students of Marne-La-Vallée »
Ils ont les milliards, nous sommes des millions [They have the billions, we are the millions]
« Ils ont les milliards, nous sommes des millions » « They have the billions, we are the millions »
Paris 3 en lutte [Paris 3 in struggle]
« Paris 3 en lutte » « Paris 3 in struggle »
Pas de droit du travail sans droit au chômage [No work law without unemployment law]
« Pas de droit du travail sans droit au chômage » « No work law without unemployment law »
Halte au massacre des droits du travail, stop au MEDEF et au gouvernement, CGT [Stop the massacre of the work rights, stop the MEDEF and the government, CGT]
« Halte au massacre des droits du travail, stop au MEDEF et au gouvernement », CGT « Stop the massacre of the work rights, stop the MEDEF and the government », CGT
Hollande, Valls, Macron, votre libéralisme nous mène au fascisme, CGT [Hollande, Valls, Macron, your liberalism leads us to fascism, CGT]
« Hollande, Valls, Macron, votre libéralisme nous mène au fascisme », CGT « Hollande, Valls, Macron, your liberalism leads us to fascism », CGT
Droit du travail, nous ne laisserons pas le MEDEF faire sa loi, CGT URIF [Work law, we won't let the MEDEF impose its rule, CGT URIF]
« Droit du travail, nous ne laisserons pas le MEDEF faire sa loi », CGT URIF « Work law, we won't let the MEDEF impose its rule », CGT URIF
Nanterre contre la loi travail, CGT [Nanterre against the 'work' law, CGT]
« Nanterre contre la loi travail », CGT « Nanterre against the 'work' law », CGT
Retrait de la loi El Khomri, CGT Paris [Withdrawal of the El Khomri law, CGT Paris]
« Retrait de la loi El Khomri », CGT Paris « Withdrawal of the El Khomri law », CGT Paris
Retrait du projet de loi El Khomri, le code du travail doit protéger le salarié, pas le MEDEF, CGT [Withdrawal of the El Khomri law project, the work law must protect the employee, not the MEDEF, CGT]
« Retrait du projet de loi El Khomri, le code du travail doit protéger le salarié, pas le MEDEF », CGT « Withdrawal of the El Khomri law project, the work law must protect the employee, not the MEDEF », CGT
Non à la jungle patronale, retrait de la loi travail, CGT Montreuil [No to the employers' jungle, withdrawal of the 'work' law, CGT Montreuil]
« Non à la jungle patronale, retrait de la loi travail », CGT Montreuil « No to the employers' jungle, withdrawal of the 'work' law », CGT Montreuil
Meufs bi gouines trans pédales, c'est la grève générale [Bisexual, butch, transsexual women, it's the general strike]
« Meufs bi gouines trans pédales, c'est la grève générale » « Bisexual, butch, transsexual women, it's the general strike »
Non à la loi travail, non au démantèlement du code du travail, CGT Filpac [No to the 'work' law, no to the dismantling of the work law, CGT Filpac]
« Non à la loi travail, non au démantèlement du code du travail », CGT Filpac « No to the 'work' law, no to the dismantling of the work law », CGT Filpac
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Tagué , , ,

Manifestation contre l’état d’urgence samedi 30 janvier 2016 à Paris [Demonstration against the emergency state Saturday, January 30th, 2016 in Paris]

État d'urgence, déchéance, c'est NON [Emergency state, forfeiture, it's NO]
Français English
J’ai participé à la manifestation contre l’état d’urgence samedi 30 janvier 2016 à Paris. Des syndicats de travailleurs (CGT, SUD, CNT, …), un syndicat étudiant (SUD étudiant), plusieurs organisations politiques (PCF, PG, NPA, Fédération Anarchiste, AL, PCOF, POID, …) et quelques autres organisations (Amis de la Terre, Amnesty International, ligue des droits de l’homme, quadrature du net, égalité, collectif « stop à l’état d’urgence », collectif « nous ne céderons pas », …) étaient présents. I participated in the demonstration against the emergency state Saturday, January 30th, 2016 in Paris. Several trade unions (CGT, SUD, CNT, …), a student union (SUD student), several political organizations (PCF, PG, NPA, Anarchist Federation, AL, PCOF, POID, …) and several other organizations (Friends of the Earth, Amnesty International, human rights league, squaring of the net, equality, group « stop the emergency state », group « we won’t give up », …) were present.
Les principales revendications sont les suivantes :

  • Levée immédiate de l’état d’urgence et de l’état d’exception permanent
  • Abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité
  • Arrêt de la répression et de la stigmatisation des manifestants et militants des mouvements sociaux, des migrants, des musulmans ou supposés l’être, des quartiers populaires
  • Respect de la liberté de manifester, de se réunir et de s’exprimer

The main demands are these furthers:

  • Immediate removal of the emergency state and of the permanent exception state
  • Abandonment of the constitutionnalization of the emergency state and of the forfeiture of nationality
  • Stop of the repression and the stigmatization of the protesters and the activists of the social movements, the migrants, the Muslims or supposed to be, the popular districts
  • Respect for the freedom to demonstrate, to assemble and to express oneself

Le gouvernement essaie d’utiliser la peur de nouveaux attentats pour nous faire accepter d’importants reculs dans notre droit à la vie privée et nos libertés, notamment la liberté de réunion, la liberté d’expression et la liberté de circulation. Cela est une bien étrange manière de se distinguer de l’organisation « état islamique », organisation prétendument religieuse qui souhaite exercer un pouvoir politique autoritaire sur la société civile, comme l’état d’urgence nous éloigne de la démocratie et nous rapproche d’un régime autoritaire. Les attentats de novembre 2015 ont été une aubaine pour lui, ils lui servent à faire accepter des mesures qui ne passeraient pas inaperçues en temps normal et il frappe large. Alors que les restrictions excessives et disproportionnées sur les libertés fondamentales sont sensées cibler les « terroristes », plusieurs militants écologistes ont été assignés à résidence pendant la COP 21 bien qu’ils ne représentaient absolument pas une menace pour l’ordre publique contrairement à ce qu’a prétendu le premier ministre Manuel Valls. Il ne s’agit absolument pas de légitimer les massacres d’innocents mais ces dérives autoritaires montrent qu’aux yeux du gouvernement, les terroristes ne sont pas seulement les auteurs de ces massacres et ceux qui souhaitent en commettre, ce sont aussi les personnes s’opposant à sa politique sans volonté de donner la mort, les militants politiques, syndicaux et associatifs. L’interdiction de la majorité des manifestations politiques au nom de la sécurité est un moyen efficace de museler toute contestation de sa politique. La prolongation et la constitutionnalisation de l’état d’urgence me font craindre que ses mesures d’exception deviennent permanentes et se substituent au droit commun alors qu’elles affaiblissent des garde-fous essentiels dans un régime démocratique (la séparation des pouvoirs, la présomption d’innocence, …) sans montrer leur efficacité contre le terrorisme. Ainsi, plus de 2700 perquisitions administratives à toute heure effectuées depuis le 13 novembre 2015 n’ont mené qu’à l’ouverture de cinq enquêtes pour des faits liés au terrorisme. L’état d’urgence s’avère même complètement contre-productif dans la lutte contre le terrorisme puisque les violentes exactions des policiers commises pendant les perquisitions (un homme handicapé à 80% a eu 4 dents cassées, une fillette a été blessée, …) et les assignations à résidence sans fondement ne font qu’augmenter le ressentiment à l’égard des forces de police et la défiance vis-à-vis de l’État. La boucle est bouclée, le capitalisme améliore sa fabrication de monstres, il affaiblit la démocratie, il entretient la peur, il sème la haine, il stigmatise certaines catégories de la population, il massacre des civils (environ 150 Syriens meurent chaque jour depuis plus d’un an et demi), il sème les graines du terrorisme partout et la récolte (les attentats) lui permet de justifier de nouveaux affaiblissements de la démocratie. La surveillance toujours plus accrue des citoyens couplée à la criminalisation des mobilisations sociales illustre la dérive policière d’un gouvernement qui ne marque aucune pause dans sa politique austéritaire et qui tolère de moins en moins la contestation. Peut-on encore parler de démocratie quand un régime réprime l’opposition politique organisée et les contre-pouvoirs? Même l’ONU s’en inquiète. The government is trying to use the fear of new attacks to make us accept some significant setbacks in our right to privacy and our freedoms, including the freedom of assembly, the freedom of expression and the freedom of movement. This is a strange way to distinguish itself from the organization « Islamic State », purportedly religious organization wishing to exercise an authoritarian political power over the civil society, as the state of emergency moves us away from democracy and brings us closer to an authoritarian regime. The attacks in November 2015 was a boon for it, they’ve used it to make us accept some measures that would go unnoticed in normal times and it strikes widely. Whereas the excessive and disproportionate restrictions on the fundamental freedoms are supposed to target the « terrorists », many environmental activists were placed under house arrest during the COP 21, though they by no means constituted a threat to public order contrary to what claimed the Prime Minister Manuel Valls. I absolutely don’t legitimize the massacres of innocent people but these authoritarian tendencies show that in the view of the government, the terrorists aren’t only the perpetrators of these massacres and those who wish to commit some more, they are also the people opposing to its policies without will to kill, the political, union and association activists. The ban of most political demonstrations in the name of security is an effective way to silence any challenge to its policies. The extension and entrenchment of the state of emergency make me fear that its emergency measures become permanent and supersede the common law whereas they undermine the essential safeguards in a democracy (separation of powers, presumption of innocence, …) without showing their effectiveness against terrorism. Thus, over 2700 administrative house searches performed at any time since November 13th, 2015 have led to the opening of only five investigations for some offenses related to terrorism. The state of emergency seems to be even completely counterproductive in the fight against terrorism since the violent abuses of the policemen committed during the house searches (a man disabled at 80% had 4 broken teeth, a young girl was injured, …) and unfounded house arrest only increase the resentment of the police and vis-à-vis the State distrust. The loop is closed, capitalism improves its manufacturing monsters, it weakens democracy, it maintains fear, it sows hatred, it stigmatizes certain categories of the population, massacre of civilians (about 150 Syrians die every day for more than a year and a half), it sows the seeds of terrorism everywhere and the harvest (the attacks) allows him to justify further weakening of democracy. The ever increasing surveillance of citizens coupled with the criminalization of social protests shows police derives from a government that does not break his mark in austéritaire policy that tolerates less dissent. Can we still talk about democracy when a regime represses organized political opposition and against-powers? Even the UN is worried about this.
Les auteurs des attentats de novembre 2015 n’avaient rien à perdre, ils voulaient mourir en martyrs, il est vain de vouloir les effrayer et je doute fort qu’ils soient vraiment les cibles du tour de vis sécuritaire en cours. Je pense qu’il n’y aurait pas d’attentats dans une société dans laquelle tout le monde aurait quelque chose à perdre en se tuant de la sorte. Y aurait-il encore des candidats aux attentats suicides si tout le monde mangeait à sa faim et avait un logement? L’urgence n’est-elle pas ailleurs? L’état urgence masque des tas d’urgences. The authors of the November 2015 attacks had nothing to lose, they wanted to die as martyrs, it is futile to try to scare them and I doubt that they are really the target of the excessive security downward spiral in progress. I think that there would be no attacks in a society in which everyone would have something to lose by killing so. Would there still be any candidates as suicide bombers if everyone had enough to eat and had a housing? Isn’t the emergency elsewhere? The emergency state hides lots of emergencies.
Ma France des libertés, où es-tu? [My France of the freedoms, where are you?]
« Ma France des libertés, où es-tu? » « My France of the freedoms, where are you? »
Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité, collectif montreuillois [No to the emergency state, no to the forfeiture of nationality, group of Montreuil]
« Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité », collectif montreuillois « No to the emergency state, no to the forfeiture of nationality », group of Montreuil
Ni déchéance ni état d'urgence, nous ne céderons pas [Neither forfeiture nor state emergency, we won't give up]
« Ni déchéance ni état d'urgence, nous ne céderons pas » « Neither forfeiture nor state emergency, we won't give up »
État d'urgence, leurs rêves sont nos cauchemars, Fédération Anarchiste [Emergency state, their dreams are our nightmares, Anarchist Federation]
« État d'urgence, leurs rêves sont nos cauchemars », Fédération Anarchiste « Emergency state, their dreams are our nightmares », Anarchist Federation
Révision de la constitution, état d'urgence permanent, déchéance de nationalité, pour nous c'est définitivement non, PCF [Revision of the Constitution, permanent emergency state, forfeiture of nationality, for us it's definitively no, PCF]
« Révision de la constitution, état d'urgence permanent, déchéance de nationalité, pour nous c'est définitivement non », PCF « Revision of the Constitution, permanent emergency state, forfeiture of nationality, for us it's definitively no », PCF
Pour l'émancipation et le progrès social, organisation de femmes Égalité [For emancipation and social progress, organization of women Equality]
« Pour l'émancipation et le progrès social », organisation de femmes Égalité « For emancipation and social progress », organization of women Equality
Liberté de circulation et d'installation pour tous, coordination des sans papiers de Paris [Freedom of movement and of move for all, coordination of the undocumented immigrants in Paris]
« Liberté de circulation et d'installation pour tous », coordination des sans papiers de Paris « Freedom of movement and of move for all », coordination of the undocumented immigrants in Paris
État raciste et sécuritaire, la seule urgence, résister [Racist and safety state, the only emergency, resist]
« État raciste et sécuritaire, la seule urgence, résister » « Racist and safety state, the only emergency, resist »
Boycott Israël Apartheid, BDS [Boycott Israel Apartheid, BDS]
« Boycott Israël Apartheid », BDS « Boycott Israel Apartheid », BDS
Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes, CNT [No war between the people, no peace between the classes, CNT]
« Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes », CNT « No war between the people, no peace between the classes », CNT
Contre le racisme et l'antisémitisme [Against racism and anti-Semitism]
« Contre le racisme et l'antisémitisme » « Against racism and anti-Semitism »
Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité, CGT Paris [No to the state emergency, no to the forfeiture of nationality, CGT Paris]
« Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité », CGT Paris « No to the state emergency, no to the forfeiture of nationality », CGT Paris
On bosse ici et ensemble, on fait le même travail, on veut les mêmes droits, CGT 78 [We work here and together, we do the same job, we want the same rights, CGT 78]
« On bosse ici et ensemble, on fait le même travail, on veut les mêmes droits », CGT 78 « We work here and together, we do the same job, we want the same rights », CGT 78
PCOF [PCOF]
PCOF PCOF
Liberté, égalité, fraternité, ni déchéance, ni état d'urgence, parti de gauche [Freedom, equality, fraternity, neither forfeiture, nor emergency state, left-wing party]
« Liberté, égalité, fraternité, ni déchéance, ni état d'urgence », parti de gauche « Freedom, equality, fraternity, neither forfeiture, nor emergency state », left-wing party
Sortir de l'état d'urgence [Leave the emergency state]
« Sortir de l'état d'urgence » « Leave the emergency state »
La quadrature du net, internet et libertés [The squaring of the net, internet and freedoms]
La quadrature du net, « internet et libertés » The squaring of the net, « internet and freedoms »
Non aux expulsions à Notre Dame des Landes [No to the evictions at Notre Dame des Landes]
« Non aux expulsions à Notre Dame des Landes » « No to the evictions at Notre Dame des Landes »
Défendons la ZAD, attaquons l’État [Let's defend the ZAD, let's attack the State]
« Défendons la ZAD, attaquons l’État » « Let's defend the ZAD, let's attack the State »
Étudiants mobilisés contre l'état policier [Students mobilized against the police state]
« Étudiants mobilisés contre l'état policier » « Students mobilized against the police state »
Nous sommes tous des Good Year, levée immédiate de l'état d'urgence, SUD étudiant Nanterre [We are all some Good Year, immediate removal of the emergency state, SUD student Nanterre]
« Nous sommes tous des Good Year, levée immédiate de l'état d'urgence », SUD étudiant Nanterre « We are all some Good Year, immediate removal of the emergency state », SUD student Nanterre
Europalestine [Europalestine]
Europalestine Europalestine
Photo20160130_153952
Crimes policiers = crimes racistes, urgence, la police assassine [Police crimes = racist crimes, emergency, the police kills]
« Crimes policiers = crimes racistes, urgence, la police assassine » « Police crimes = racist crimes, emergency, the police kills »
Nouveau parti anticapitaliste [New Anticapitalist Party]
Nouveau parti anticapitaliste New Anticapitalist Party
Jeunesse sans papiers, jeunesse volée, la loi doit changer, RESF [Youth without papers, stolen youth, the law must change, RESF]
« Jeunesse sans papiers, jeunesse volée, la loi doit changer », RESF « Youth without papers, stolen youth, the law must change », RESF
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Tagué , , ,

Manifestation pour le climat samedi 12 décembre 2015 à Paris [Demonstration for the climate Saturday, December 12th, 2015 in Paris]

Justice climatique, pouvoir au peuple [Climate justice, people power]
Français English
J’ai participé à la manifestation pour le climat samedi 12 décembre 2015 à Paris. Des syndicats de travailleurs (CNT, …), le principal syndicat étudiant (UNEF), plusieurs organisations politiques (PCF, PG, AL, NPA, …) et quelques autres organisations (Alternatiba, Attac, Confédération Paysanne, Amis de la Terre, Action Non-Violente-COP21, 350.org, Coalition Climat 21, …) étaient présents. I participated in the demonstration for the climate Saturday, December 12th, 2015 in Paris. Several trade unions (CNT, …), the main student union (UNEF), several political organizations (PCF, PG, AL, NPA, …) and several other organizations (Alternatiba, Attac, Peasant confederation, Friends of the Earth, Non violent action COP21, 350.org, Climate Coalition 21, …) were present.
Les militants d’organisations politiques étaient très discrets à cette manifestation tardivement autorisée. L’imposant dispositif composé d’au moins 700 agents (policiers et gendarmes) mis en place pour filmer et fouiller les personnes souhaitant accéder au Champ de Mars m’a dégoûté, j’ai préféré rester à proximité de la Tour Eiffel et j’étais loin d’être le seul. A mon humble avis, l’état d’urgence n’est qu’un moyen de freiner les mobilisations sociales. La sécurité sert de prétexte pour interdire la majorité des manifestations politiques et porter atteinte à la liberté de réunion, d’expression et de circulation. The activists of the political organizations were very discreet in this latedly authorized demonstration. The impressively large presence consisting of at least 700 officers (policemen and gendarmes) set up to film and search people wishing to enter the Champ de Mars disgusted me, I preferred to stay close to the Eiffel Tower and I was far from being alone. In my humble opinion, the state of emergency is only a means of curbing the social mobilizations. Security is used as a pretext to ban most political demonstrations and undermine freedom of assembly, expression and movement.
La COP 21 est peut-être une réussite diplomatique mais c’est un échec écologique. Un compromis a été adopté au prix de très nombreux reculs et c’est exactement ce à quoi nous nous attendions. En effet, l’Accord de Paris ne garantit pas le maintien de l’augmentation de la température moyenne du globe terrestre au dessous de 2°C. La COP 21 est une vaste mascarade et ses principaux sponsors officiels sont des champions de la pollution, notamment Air France, Volkswagen, Engie, EDF, ERDF, Axa, BNP Paribas, … Néanmoins, je garde le plus drôle pour la fin : Parmi les organisations qui critiquent des sponsors officiels de la COP 21 fortement polluants figurent de nombreuses organisations qui utilisent Facebook à plein régime, en particulier 350.org, la coalition climat 21 et Oxfam. Je désapprouve le choix d’utiliser le réseau social d’un titanesque pollueur, je vous invite à regarder le documentaire « Internet : la pollution cachée », à lire le rapport de Greenpeace « A quel point vos données sont-elles sales? », l’article du célèbre journal New York Times « Puissance, Pollution et Internet: les data centers gaspille de vastes quantités d’énergie, donnant une fausse idée de l’image de l’industrie » et l’article « Facebook wants to be friend of neighborhood » du journal Daily Courier au sujet de la pollution sonore subie par les habitants de Forest City en Caroline du Nord. Cette firme américaine gaspille l’énergie (de l’ordre de 90%), utilise de l’électricité venant massivement du charbon (excepté dans certains de ses nouveaux data centers dont celui de Fort Worth au Texas) et du nucléaire ainsi que des générateurs et des systèmes de refroidissement très polluants qui rejettent des substances toxiques dans la nature, en particulier du mercure, du cadmium, et même des gaz d’échappement. Quand ces organisations « écologiques » le seront-elles vraiment, y compris dans leurs moyens d’action? Maybe the COP21 is a diplomatic success but it is an ecological failure. A compromise was adopted at the price of many setbacks and it was exactly what we expected. Indeed, the Paris Agreement doesn’t guarantee the maintenance of the increase in the average temperature of the globe below 2°C. The COP 21 is a broad farce and its main official sponsors are some champions of pollution, including Air France, Volkswagen, Engie, EDF, ERDF, Axa, BNP Paribas, … However, I keep the funniest thing for the end: there are many organizations that use Facebook at full throttle among the organizations that are critical of the official sponsors of the COP 21 which are highly pollutants, especially 350.org, the climate coalition 21 and Oxfam. I disagree with the choice of using the social network of a titanic polluter, I invite you to watch the documentary « Internet: the hidden pollution », to read the report of Greenpeace « How dirty is your data? », the article of the famous newspaper New York Times « Power, Pollution and the Internet: Data centers waste vast amounts of energy, belying industry image » and the article « Facebook wants to be friend of neighborhood » of the newspaper Daily Courier about noise pollution undergone by the inhabitants of Forest City in North Carolina. This American firm wastes energy (about 90%), massively uses electricity from coal (except in some of its new data centers including the one located at Fort Worth in Texas) and nuclear energy as well as some highly polluting generators and cooling systems which release some toxic substances in nature, in particular mercury, cadmium, and even some exhaust gas. When will these « ecological » organizations be really ecological, including their means of action?
Pas de paix sans justice climatique [No peace without climate justice]
« Pas de paix sans justice climatique » « No peace without climate justice »
Seule la révolution peut sauver la planète [Only the revolution can save the planet]
« Seule la révolution peut sauver la planète » « Only the revolution can save the planet »
Photo20151212_150102
1.5 ligne de vie [1.5 life line]
« 1.5 ligne de vie » « 1.5 life line »
Le capitalisme, c'est has been [Capitalism is has-been]
« Le capitalisme, c'est has been » « Capitalism is has-been »
Photo20151212_154744
Photo20151212_155256
Photo20151212_155314
Le bon climat, c'est l'anti-capitalisme. Révolution sociale et libertaire, AL, CGA, CNT, FA [The good climate is anticapitalism. Social and libertarian revolution, AL, CGA, CNT, FA]
« Le bon climat, c'est l'anti-capitalisme. Révolution sociale et libertaire », AL, CGA, CNT, FA « The good climate is anticapitalism. Social and libertarian revolution », AL, CGA, CNT, FA
Laissez-le dans le sol [Leave it in the ground]
« Laissez-le dans le sol » « Leave it in the ground »
NO TAV [NO TAV]
« NO TAV » « NO TAV »
Les grands projets inutiles imposés piétinent le climat [The big useless imposed projects tread on the climate]
« Les grands projets inutiles imposés piétinent le climat » « The big useless imposed projects tread on the climate »
TAFTA tue les progrès sur le climat [TTIP kills climate progress]
« TAFTA tue les progrès sur le climat » « TTIP kills climate progress »
Biomasse. Centrales : non merci. Stop au biomassacre. Oui aux solutions locales [Biomass. Power plants: no thanks. Stop the biological massacre. Yes to the local solutions]
« Biomasse. Centrales : non merci. Stop au biomassacre. Oui aux solutions locales » « Biomass. Power plants: no thanks. Stop the biological massacre. Yes to the local solutions »
Pas de colonialisme, protégez la Terre Mère [No colonialism, protect Mother Earth]
« Pas de colonialisme, protégez la Terre Mère » « No colonialism, protect Mother Earth »
Etat d'urgence climatique, pour un climat de paix, laissez le pétrole dans le sol [Climate emergency state, for a peaceful climate, leave the petrol in the ground]
« Etat d'urgence climatique, pour un climat de paix, laissez le pétrole dans le sol » « Climate emergency state, for a peaceful climate, leave the petrol in the ground »
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Tagué ,