Manifestation pour le logement samedi 12 mars 2011 à Paris [Demonstration for the housing on Saturday, March 12nd, 2011 in Paris]

Français English
Suite à l’appel lancé par de multiples organisations dont le RESEL, je suis allé à la manifestation pour le logement ce samedi 12 mars 2011 à Paris

Bien que je sois actuellement propriétaire d’une maisonnette près de Paris (je ne suis pas à plaindre), je me sens solidaire des personnes qui ont des difficultés à se loger. Quand j’étais étudiant, j’avais fait un court passage dans un logement privé, on m’avait augmenté mon loyer en cours d’année en toute illégalité sous prétexte que je consommais « trop » d’eau, on me louait un petit studio dont les fenêtres donnaient sur les couloirs intérieurs. Tout au long de ma vie, j’ai croisé des gens en galère de logement, des étudiants, des jeunes travailleurs, etc… Se loger relève de plus en plus du luxe surtout dans les grandes villes comme Paris. Certains propriétaires n’hésitent pas à louer plus de 700 euros par mois des « cages à lapin » de 8 mètres carré. Les propriétaires demandent de plus en plus de garanties et rechignent à accepter des gens ayant recours au Loca-pass (dispositif permettant à la CAF de se porter caution). Sans un contrat de travail stable, il est quasiment impossible d’avoir un logement dans le privé à moins d’avoir un excellent garant. Pour les autres, il faut se tourner vers les foyers de jeunes travailleurs et les HLM. La France manque de logements sociaux, seulement 3% des étudiants en Ile-de-France sont logés dans les résidences du CROUS, de nombreuses communes de plus de 3500 habitants (1500 en Ile-de-France) ne respectent pas l’obligation d’avoir au moins 20% de logements sociaux. L’ordonnance de 1945 sur la réquisition des logements n’a jamais été appliquée à ma connaissance.

Selon le Nouvel Observateur, cette ordonnance, émise par le Conseil national de la Résistance, a été reprise dans le Code de la construction et de l’habitation (art L641-1). Selon le texte, le représentant de l’Etat dans le département, « sur proposition du service municipal du logement et après avis du maire (…) peut procéder, par voie de réquisition, pour une durée maximum d’un an, renouvelable, à la prise de possession partielle ou totale des locaux à usage d’habitation vacants, inoccupés ou insuffisamment occupés » pour les attribuer à des mal-logés. Les bénéficiaires sont « les personnes dépourvues de logement ou logées dans des conditions manifestement insuffisantes » et celles « à l’encontre desquelles une décision judiciaire définitive ordonnant leur expulsion est intervenue« . Le bénéficiaire d’un logement ainsi réquisitionné est tenu de l’occuper lui-même, « paisiblement« , et de verser une « indemnité d’occupation« . La demande de logement doit être adressée au maire (ou au préfet pour la région parisienne) et le local réquisitionné doit être vacant depuis plus de huit mois.

La fin de la trève hivernale approche ce qui va amener à la reprise des expulsions sans relogement pour des dizaines de milliers de familles.

Bref, la crise du logement est réelle, les solutions existent mais la volonté politique n’est clairement pas là ce qui n’est pas étonnant dans un système capitaliste qui a besoin de tout marchandiser, de spéculer sur les prix y compris sur ceux des logements, de précariser les travailleurs pour les rendre plus dociles et ainsi faire baisser le coût du travail pour augmenter les profits.

N.B : Le présent article est sous licence libre Creative Commons BY-NC-ND.

Further to the call launched by multiple organizations of which the RESEL, I went to the demonstration for the housing on Saturday, March 12th, 2011 to Paris. 

Although I am currently an owner of a small house near Paris (I am fine), I feel united of the persons who have difficulties finding accommodation. When I was student, I was in a private accommodation during a short time, the owner had increased my rent in the course of the year illegally under pretext that I consumed « too much » water, she rented me a small studio windows of which looked onto the internal corridors. Throughout my life, I met people in galley of housing, students, young workers, etc…. Find accommodation is becoming more and more a luxury especially in big cities as Paris. Certain owners do not hesitate to rent more than 700 euro a month for « cages for rabbits » of 8 meters squared. The owners ask for more and more guarantees and jib accepting people resorting to Loca-pass (system allowing the social security office to stand surety). Without a stable contract of employment, it is almost impossible to have an accommodation in the private unless having an excellent guarantor. For others, it is necessary to go to the working youth hostels and the subsidized council houses. France lacks social accommodations, only 3% of the students in Paris Metropolitan Region are accommodated in the residences of the CROUS (regional center of the university and social activities), the numerous municipalities of more than 3500 inhabitants (on 1500 in Paris Metropolitan Region) do not respect the obligation of having at least 20% of social housing. The prescription of 1945 on the requisition of housing was never applied to my knowledge.

According to the New Observer, this prescription, emitted by the National Resistance Council, was taken back in the Code of the construction and the house (art L641-1). According to the text, the representative of the State in the department, « on proposition of the municipal service of the housing and after having the agreement of the mayor (…) can proceed, by requisition, for a maximum duration of one year, renewable, to the partial or total taking possession of premises that are vacant, unused or insufficiently occupied » to attribute them in ill housed. The beneficiaries are « the persons devoid of accommodation or accommodated in manifestly insufficient conditions » and those « against whom a definitive court order ordering their eviction intervened ». The beneficiary of an accommodation so requisitioned must occupy it himself, « peacefully », and must pay a « compensation of occupation ». The request of accommodation must be sent to the mayor (or to the prefect for the Paris metropolitan region) and the requisitioned premise must be vacant for more than eight months.

The end of the wintry truce approaches what is going to bring to the resumption of the evictions without rehousing for tens of thousand families.

In brief, the housing shortage is real, the solutions exist but the political will is not clearly there what is not surprising in a capitalist system which needs to bring everything to the market, to speculate on the prices including on those of the housing, to casualize the workers to make them more docile and so to make lower the labour cost to increase the profits.

N.B: This article is under Creative Commons license BY-NC-ND.

« Non à la marchandisation du logement social, non à la loi Boutin, priorité au logement social en Ile-de-France », CNL. « No in the commercial exploitation of the social housing, not in the Boutin law, priority in the social housing in Paris Metropolitan Region », national housing commitee.
« Pas d’expulsions, relogement », DAL (Droit Au Logement). « No evictions, rehousing », Right In the Housing
« Non aux expulsions, oui à la baisse des loyers », DAL (Droit Au Logement). « No in the evictions, yes in the decline of the rents », Right In the Housing
« Pour un véritable budget permettant un logement pour tous, l’éradication des logements insalubres, la revalorisation des aides, un vrai service public du logement », CNL. « For a real budget allowing an housing for all, the eradication of the unhealthy housing, the appreciation of the helps, a real public utility of the housing », national housing commitee
« Hébergement des demandeurs d’asile, Etat hors-la-loi ». « Hosting of the asylum seekers, outlawed State ».
PCF (parti communiste français) French communist party
« Un logement pour tous, halte aux expulsions », Collectif logement Paris 14. « An housing for all, stop evictions », housing commitee Paris 14
« Réseau Stop aux Expulsions de Logements Paris centre », RESEL Paris centre. « Network for stopping housing evictions Paris Center », RESEL Paris Center
« Je suis agent d’entretien et je vis dans un taudis », Comité Actions Logement. « I am a cleaning operative and I live in a shanty », Actions housing committee.
CGT, Union Départemental de Paris. CGT (main French trade union) of Paris
« Urgence pour les libertés, pour les droits. Agir ensemble », Ligue des Droits de l’Homme. « Urgency for the freedoms, for the rights. Act together », Human Rights League.

A propos gouessej

Ingénieur en informatique, militant politique d'extrême-gauche, développeur de logiciels libres multi-plateformes. Engineer in computer science, far left-wing political activist, developer of free open source cross-platform softwares.
Cet article, publié dans Politique, syndicalisme et vie associative, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.