Manifestations contre la réforme des retraites le mardi 7 septembre 2010

Français English
2,7 millions de personnes ont défilé dans toute la France pour défendre le régime de retraite par répartition et pour s’opposer à la réforme des retraites le mardi 7 septembre 2010. Cette réforme, dans la même lignée que la réforme Balladur de 1993, a pour but de baisser les pensions en durcissant les conditions de départ à la retraite, notamment en relevant l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et l’âge de départ à la retraite sans décôte de 65 à 67 ans.
Je lis dans la presse américaine conservatrice que nous ne sommes pas réalistes, que nous sommes des privilégiés, qu’il est évident que comme nous vivons plus longtemps nous devrions accepter de cotiser plus longtemps. Désolé, entre la Bourse et la vie, les Français ont choisi la vie. Non, il n’est pas évident qu’il faille s’aligner sur les pires régimes sociaux du monde. Charité bien ordonnée commence par soi-même, je propose aux américains de s’aligner sur la Chine, je me permets de les prendre aux mots. Non, nous ne sommes pas des privilégiés, ils devraient plutôt pointer du doigt leurs amis de Wall Street et leur demander de payer la note parce que cette crise, c’est la leur, pas la nôtre. Non, il n’est pas évident que l’augmentation de l’espérance de vie doive s’accompagner d’un allongement de la durée de cotisation, cela relève de la politique, c’est un choix de société.
L’économie doit être au service de tous les êtres humains; présenter cette réforme comme le choix de la raison et du bon sens revient à nier son caractère politique d’une part et à promouvoir comme modèle l’asservissement de l’Homme par l’économie d’autre part. Malgré cela, elle reste une construction humaine, c’est donc toujours la question des bénéficiaires qui se pose. En d’autres termes, on en vient à la répartition des richesses.
Je considère que nos vies valent plus que leurs profits, que la SNCF et la RATP ont besoin de plus de salariés pour garantir la sécurité et le confort des passagers, que nos hôpitaux ont besoin de plus de personnels pour garantir un haut niveau de soin pour toutes et tous et que l’allongement de la vie devrait permettre l’allongement de la retraite. Si notre système économique n’est pas capable de répondre à nos besoins sociaux, s’il ne nous permet plus d’espérer vivre mieux que nos parents, c’est lui qui doit changer, pas nous.
Le gouvernement trouve des milliards pour les banques mais pas un rond pour augmenter les budgets sociaux, il est temps de revoir les priorités. Nicolas Sarkozy a été élu au suffrage universel mais il n’a pas reçu un blanc-seing des électeurs, les manifestations sont légitimes, elles doivent se poursuivre jusqu’au retrait de ce projet de loi inique. Il est temps de faire reculer le capital.
Je vous laisse apprécier mes souvenirs de manifestation ci-dessous :
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse

A propos gouessej

Ingénieur en informatique, militant politique d'extrême-gauche, développeur de logiciels libres multi-plateformes. Engineer in computer science, far left-wing political activist, developer of free open source cross-platform softwares.
Cet article, publié dans Politique, syndicalisme et vie associative, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.