Mobilisation du jeudi 27 mai 2010

Français English
Cet article a été écrit le dimanche 30 mai 2010. This article was written Sunday, May 30th, 2010.
Jeudi 27 mai 2010, 176 manifestations ont réuni plus d’un million de personnes pour défendre l’emploi, les salaires, les retraites et le service public. Ce fut la mobilisation la plus forte de l’année avec environ 20% de manifestants de plus que le 23 mars. L’intersyndicale de ce lundi préparera d’autres initiatives avant les vacances d’été.
A l’heure actuelle, le gouvernement propose comme principale mesure de décaler l’âge légal de départ à la retraite en prétextant un déficit. Pour illustrer mon propos, je vous propose un extrait du tract du collectif retraite 86 ci-dessous :
LES RETRAITES SONT-ELLES EN DANGER ? ILS MENTENT !
Ils nous disent : le système de nos retraites par répartition n’a pas prévu la situation actuelle.
Faux Le système “les cotisations des actifs paient la pension des retraités” permet, en modulant les cotisations, de servir des retraites, que le nombre des actifs augmente ou qu’il diminue.
Ils nous disent : le “trou” des caisses de retraite ne permettra pas de payer les retraites.
Faux Il n’y a pas de “trou”. L’argent collecté par les cotisations est dépensé immédiatement pour servir les retraites. C’est un système qui se régule année après année en adaptant les cotisations aux besoins des retraités pour vivre.
Ils nous disent : partir à 60 ans, ce n’est plus possible.
Faux 60 % des salariés partent avant 60 ans à cause du chômage, des plans sociaux, des maladies professionnelles ou des accidents du travail, quand ils ne sont pas tout simplement rejetés par les employeurs qui les jugent trop vieux.
Ils nous disent : 40 annuités, ça ne suffit plus.
Faux la moyenne des annuités au moment du départ effectif à la retraite est de 36,5, ce n’est même pas les 37,5 d’avant la loi Fillon.
Ils nous disent : l’espérance de vie augmente, il faut donc travailler plus longtemps.
Faux Aujourd’hui , 25 % des jeunes sont au chômage. Ils doivent pouvoir travailler au lieu de vouloir faire travailler les vieux plus longtemps. Et puis, si l’espérance de vie augmente, c’est justement grâce à la retraite à 60 ans. Travailler jusqu’à 61 ans diminue l’espérance de vie de 6 mois et jusqu’à 62 ans la diminue encore d’un an.
Ils nous disent : le babyboum de l’après-guerre va entraîner un surcroit de retraités par rapport aux actifs jusqu’en 2036.
Les projections de l’INSEE font état d’une augmentation de la population active jusqu’en 2015 et rien ne justifie de se projeter au-delà tant ces chiffres sont soumis à des variations imprévisibles.
Ils nous disent : 75 % du salaire, c’est trop.
Faux Même si le PIB (les richesses produites) de la France augmente peu, il aura doublé d’ici 2050. Mais ce qu’ils veulent, c’est garder cette richesse pour eux seuls.
Ils nous disent : ayez peur ! Et tout est bon pour cela : bla-bla, faux-semblant, calcul, hypocrisie pour faire accepter leur plan de rigueur, la diminution des salaires et l’allongement de la durée du travail.
Faux La solution est simple : adapter le montant des cotisations à celui des pensions, recouvrer toutes celles qui ne le sont pas (non rémunération des heures supplémentaires, travail non déclaré, chômage, désindexation des salaires) et augmenter les salaires.
Licence Creative Commons
La photo de cet article est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.
Creative Commons License
The photo of this article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse

A propos gouessej

Ingénieur en informatique, militant politique d'extrême-gauche, développeur de logiciels libres multi-plateformes. Engineer in computer science, far left-wing political activist, developer of free open source cross-platform softwares.
Cet article, publié dans Politique, syndicalisme et vie associative, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.