Révolutionnaire jusqu’au bout! [Revolutionary to the very end!]

Français English
Cet article a été écrit le mardi 29 avril 2008. This article was written on Tuesday, April 29th, 2008.
Comment faire la révolution? How to make the revolution?
Il n’y a pas de solution miracle mais un levier possible est la prise de conscience de classe des masses. Elle doit reposer sur la majorité de la population, la majorité doit être d’accord avec le principe. Il faut impérativement s’appuyer sur les masses et ne pas se contenter d’une minorité éclairée qui pourrait connaître les vertiges du pouvoir. Il doit être partagé par tous.
La dictature du prolétariat a essentiellement pour but d’empêcher les capitalistes de se réapproprier les moyens de production et de reconstruire le capitalisme. Elle ne doit être que temporaire. Elle n’a de sens que tant que les institutions communistes ne sont pas suffisamment assises pour empêcher cela par des moyens plus dignes et démocratiques.
There is no quick fix but a possible lever is the realization of class consciousness of masses. It must be based on the majority of the population, the majority must agree with the principle. It is imperative to rely on the masses and not just an enlightened minority who might know the vertigo of power. It must be shared by all.
The dictatorship of the proletariat is primarily intended to prevent the capitalists from reappropriating the means of production and rebuilding capitalism. It should be temporary. It only makes sense that while the communist institutions are not organized enough to prevent this through more worthy and democratic means.
Pourquoi faire la révolution? Why make the revolution?
Dans le système capitaliste, il n’y a pas de conciliation satisfaisante possible entre les différentes classes sociales. Le meilleur moyen de satisfaire tous les intérêts de classe est de détruire les classes sociales. Satisfaire les intérêts d’une seule classe sociale est bien plus facile puisque les intérêts communs d’une classe sociale ne peuvent plus rentrer en conflit avec les intérêts d’une autre classe. Une des finalités de la révolution est donc de détruire les classes sociales à la fois pour créer un système socialement plus juste et parce que cela permettra la survie même du communisme. Aujourd’hui, ce qui maintient le capitalisme, ce n’est pas seulement les gens extrêmement aisés mais surtout les gens qui aspirent à le devenir, les gens dans des classes intermédiaires.
Pour maintenir nos acquis sociaux durablement, il faut nécessairement mettre hors d’état de nuire nos adversaires sociaux, je ne parle pas spécialement des gens qui sont capitalistes bien que leurs intérêts de classe ne soient pas dans le capitalisme, je parle des capitalistes purs et durs qui défendent leurs intérêts de classe à travers le capitalisme. Les communistes révolutionnaires n’envisagent ni de les tuer ni de les mettre tous en prison comme ce ne serait pas juste. Il faut être prêt à changer les gens d’une certaine façon.
Under capitalism, there is no possible satisfactory reconciliation between the different social classes. The best way to satisfy all class interests consists in destroying the social classes. Satisfying the interests of one class is much easier since the common interests of one social class can not enter into conflict with the interests of another class. One of the aims of the revolution is to destroy the social classes at once to create a socially more fair system and because it will allow the survival of communism. Today, what keeps capitalism, it is not only extremely wealthy people but especially people who aspire to become rich, people in the intermediate classes.
We must necessarily make our social opponents harmless to durably maintain our social benefits, I’m not specifically speaking about people who are capitalists even though their class interests are not in capitalism, I mean hard-line capitalists who defend their class interests through capitalism. Revolutionary communists intend neither to kill them nor to put them all in jail as it would not be fair. We have to be prepared to change people in some way.
Pourquoi ne pas se contenter des réformes? Why not content oneself with reforms?
Tant qu’il y aura des capitalistes qui biaiseront le jeu démocratique d’une façon ou d’une autre, soit par le contrôle des médias, soit par le trucage des élections (USA et Russie notamment), soit par encore bien trop d’autres moyens, tant qu’il y aura des intérêts contradictoires de classe, les acquis sociaux seront perpétuellement en danger. De nombreux acquis sociaux ont disparu dans certains pays européens, ce n’est pas un mirage. Un contrat proche du contrat première embauche a été créé en Espagne sans que cela fasse du bruit, les bourses sur critères sociaux sont devenues remboursables obligatoirement pour tout le monde en Allemagne, le système d’allocation chômage est en train de disparaître dans plusieurs pays d’Europe…
Les réformes permettent de gagner des choses mais pas de préserver durablement des conquêtes puisque s’il y a des intérêts qui vont contre les acquis sociaux, il y aura toujours des gens pour défaire ce que nous faisons.
As long as there are capitalists who will bias the democratic life one way or another, either by controlling the media, either through the rigging of elections (including United States of America and Russia) or even too much of other means, as long as there are conflicting interests of class, the social benefits will be in constant danger. Many social benefits have disappeared in some European countries, this is not a mirage. A contract like the first employment contract was created in Spain without causing social reactions, the grants on social criteria have become inevitably refundable for everyone in Germany, the unemployment benefit system is disappearing in many European countries…
Reforms can win things but not to durably preserve conquests as if there are interests that go against the social benefits, there will always be people to undo what we do.
La révolution sera-t-elle nécessairement violente? Will the revolution necessarily be violent?
Jusqu’à maintenant, dans l’histoire, il n’y a jamais eu de révolution réellement non violente. Cependant, il y a un début à tout, ce n’est pas parce que ce n’est jamais arrivé que ça n’arrivera jamais.
C’est d’abord une question de rapport de force. Plus la révolution sera massivement soutenue, plus il sera difficile pour la bourgeoisie capitaliste mondiale de la réprimer. Plus il y aura de gens susceptibles de descendre dans les rues pour soutenir la révolution, plus les forces de l’ordre auront du mal à intervenir. Si on demande à un militaire d’ouvrir le feu sur des gens qui pourraient être des proches, des amis, de la famille, le fera-t-il sans broncher même avec une forte pression? Je n’en suis pas si sûr. Il faut quand même rappeler que le capitalisme vit de la guerre permanente et que 80% des victimes des conflits armés sont désormais des civils. Cela ne veut pas dire que la mort de nombreuses personnes doit être « acceptable ». Chaque vie humaine est précieuse. Cependant, les conflits entre capitalistes ont un coût social et humain important.
So far in history, there has never been a truly non-violent revolution. However, there is a beginning to everything, it’s not because it never happened that will never happen.
This is primarily a question of balance of power. The more massively the revolution will be supported, the harder it will be for the worldwide capitalist bourgeoisie to repress it. The more people might take to the streets to support the revolution, the more the police will find it difficult to intervene. If you ask a soldier to open fire on people who might be relatives, friends, family, will he unflinchingly do it even with heavy pressure? I’m not so sure. You still have to remember that capitalism lives of the permanent war and that 80% of victims of armed conflicts are now civilians. This does not mean the death of many people must be « acceptable ». Every human life is precious. However, conflicts between capitalists have a significant social and human cost.
Le communisme est-il une utopie? Is communism an utopia?
On ne peut pas prouver scientifiquement qu’un projet de société est utopique alors rien ne sert d’être trop catégorique à ce sujet. Il y a déjà eu une révolution en France par le passé et il y aurait pu en avoir une autre à la sortie de la deuxième guerre mondiale. De nos jours, aucun pays ne peut vraiment se revendiquer du communisme. Je le répète encore, ce n’est pas parce que ce n’est jamais arrivé que ça n’arrivera jamais. We can’t scientifically prove that a vision of society is utopian then being too categorical about it is useless. There have been a revolution in France in the past and it could have been another one out of World War II. Nowadays, no country can really claim of communism. I repeat it, this is not because it never happened that will never happen.
Enfin, je vous laisse apprécier « Rouge » de Jean-Jacques Goldman. Ce clip illustre bien certaines de mes motivations. Je vois mal comment on peut être pour le travail des enfants et la famine. Finally, I let you enjoy « Rouge » by Jean-Jacques Goldman. This clip illustrates some of my motivations. I do not see how someone can be in favour of child labor and starvation.
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse

A propos gouessej

Ingénieur en informatique, militant politique d'extrême-gauche, développeur de logiciels libres multi-plateformes. Engineer in computer science, far left-wing political activist, developer of free open source cross-platform softwares.
Cet article, publié dans Politique, syndicalisme et vie associative, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.