Douloureuse transition [Painful transition]

Français English
Vendredi 16 avril 2004, je fis un petit saut chez un camarade de classe qui me fit écouter « Dragostea Din Tei » du groupe Ozone. Il prétendait que ce serait le tube de l’été, l’avenir lui donna raison. Friday, April 16th, 2004, I dropped by the house of a classmate who made ​​me listen to « Dragostea Din Tei » by the band Ozone. He claimed that this would be the summer hit, the future proved him right.
Ensuite, j’allai pour la première fois en boite de nuit, seul, au Siècle, une discothèque généraliste dans le sud du Havre près de la clinique des ormeaux. J’étais un peu en avance. Au début, je n’osais pas trop danser, je restais assis sur un pouf. Une demoiselle me demanda si j’étais venu tout seul, elle ajouta que c’était un peu bête d’être venu pour rester assis. Au bout d’une heure et demi, lorsque j’entendis « Give me love » de Cerrone remixé par Bob Sinclar, je me levai et je me mis à danser. Je quittai cette boite vers 4 heures du matin après m’être bien dépensé. Then I went for the first time in a night club, alone, at Century, a general nightclub in the south of Le Havre near the clinic of young elm trees. I was a little early. At first, I didn’t dare to dance, I sat on a pouffe. A lady asked me if I had come alone, she added that it was a bit stupid for coming here to sit. After an hour and a half when I heard « Give me love » by Cerrone remixed by Bob Sinclar, I stood up and I began to dance. I left this club around 4 am after having used up a lot of energy.
La fin de l’année scolaire était délicate, je n’avais pas le moral, le congélateur était presque vide, ma mère tardait à me ravitailler et prenait une petite « commission » sur la nourriture que mon père me donnait. The end of the school year was difficult, I was in low spirits, the deep-freezer was almost empty, my mother was late to supply me and took a small « commission » on the food that my father gave me.
Je passais de mauvaises vacances d’été entre les soirées alcoolisées dans lesquelles j’étais un des seuls à rester sobre et les tensions à la maison avec ma mère qui me prenait pour son larbin. N’ayant toujours pas d’ordinateur, j’étais contraint d’aller à vélo au seul cybercafé de Dieppe pour me connecter. En juillet, je trouvai une excuse pour faire un saut au Havre et ainsi revoir la ravissante rousse dont je parlais dans l’article précédent. Elle m’assura qu’elle avait juste un truc à régler avec un ami avant d’aller plus loin avec moi. I spent a bad summer vacation between evenings with a bit too much to drink in which I was one of the few to stay sober and tensions at home with my mother who took me for his servant. Since there was no computer, I was forced to go cycling at Dieppe to the only cafe offering internet access to get online. In July, I found an excuse to spend a little time in Le Havre and also to see again the ravishingly beautiful redhead girl I mentioned in the previous article. She assured me it was just something to deal with a friend before going any further with me.
En août, un incident majeur me décida à prévoir de couper complètement les ponts avec ma mère. A la rentrée, en septembre, après mon emménagement en cité universitaire, ce fut chose faite. Je me sentais libéré d’un poids. La ravissante rousse m’annonça dans la foulée qu’elle avait réglé son truc avec son ami… en sortant avec lui. Malgré cela, nous nous embrassâmes discrètement à l’abri des regards, sur un banc près du jardin Paul Bert à la fin du mois un après-midi après les cours. Pendant les mois qui suivirent, nos rapports furent conflictuels. D’un côté, elle voulait rester avec son petit ami avec quelques moments de doute. De l’autre, j’hésitais moi-même entre essayer de la convaincre de le quitter pour que nous puissions sortir ensemble ou bien passer à autre chose. In August, I decided to plan to break all ties with my mother after a major incident. In the start of a new academic year, in September, after my moving in an hall of residence, it was done. I felt freed from a weight. The ravishingly beautiful redhead told me in the same time she had set his thing with his friend… by becoming his girlfriend. Despite this, we embraced discreetly out of sight, on a bench near the garden Paul Bert at the end of the month one afternoon after school. During the months that followed, our relations were conflicting. On the one hand, she wanted to stay with her boyfriend with some moments of doubt. On the other hand, I hesitated between trying to convince her to break off so we can be in couple or moving on.
Le mois d’octobre fut ponctué de quelques sorties mémorables en boite de nuit comme vous pouvez le voir ci-dessous. October was punctuated by some memorable outings in night clubs as you can see below.
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
Je m’étais bien dépensé. Je n’étais ni soûl ni drogué. Je n’avais besoin d’aucun artifice pour me désinhiber. I sed up a lot of energy. I was neither drunk nor drugged. I did not need any trick to desinhibit myself.
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
J’étais déjà plus présentable quelques jours plus tard, de retour dans ma chambre en cité U de 10 mètres carré. I was already more presentable few days later, back in my room of 10 square meters in an hall of residence.
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
Vous ne le savez pas vous qui n’êtes pas roux mais je trouve que ce n’est pas toujours facile au quotidien. C’est pourquoi, à cette époque, je tentais régulièrement de changer ce petit détail. Je remercie Gurvan pour la photo. Oui je reconnais qu’une fois de plus, l’arrière-plan n’était pas très joli. People who are not red don’t know that but I think it is not always easy on a daily basis. Therefore, at that time, I tried to change regularly this small detail. I thank Gurvan for the photo. Yes I agree that the background was not very pretty once again.
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
Les 2 photos ci-dessous furent ajoutées à mon profil sur Meetic. The two photos below were added to my profile on Meetic.
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
Cette photo date de janvier 2005. Elle avait été prise par un de mes camarades de classe, que je remercie. J’étais encore en cité U, je cherchais des gens motivés pour bouger ce soir-là mais ce n’était pas chose facile. This photo was taken in January 2005. It was taken by one of my classmates, whom I thank. I was still in the hall of residence, I was looking for motivated people to move that evening but it was not easy.
Julien Gouesse. Tous droits réservés Julien Gouesse. All rights reserved
A ceux qui se demandaient comment j’étais en blond, je répondis par ce cliché. Je pris cette photo le 20 février 2005 à 14h. Cela ne m’allait pas du tout. To those who wondered how I was blond, I replied with this photo. I took this picture February 20th, 2005 at 2 pm. This did not suit me at all.
Dimanche 3 avril 2005, alors que je me baladais dans le port du Havre, j’aperçus une jolie demoiselle ressemblant à mon ex de l’époque, je m’assis à une dizaine de mètres, j’hésitais à l’aborder, je ne voulais pas être lourd. Au bout d’une demi-heure, je me décidai à aller lui parler. Je lui dis tout simplement : « Bonjour mademoiselle. Je voulais juste vous dire que je vous trouve ravissante. Au revoir ». Elle me laissa à peine finir ma phrase et répondit : « vous aussi, merci ». Je me mis à sourire puis je partis. Elle me rattrapa et me demanda si nous pouvions faire connaissance, nous discutâmes une demi-heure en marchant. Pour être sûr de la revoir, je lui posai des questions sur ses études. Elle refusa de me laisser une adresse email ou un numéro mais me proposa un rendez-vous le dimanche suivant à la même heure. Malheureusement pour moi, les quatres dimanches suivants, elle ne revint jamais. Je n’appréciais pas son manque de franchise, j’étais bien remonté. Sunday, April 3rd, 2005, while I was walking in the port of Le Havre, I saw a pretty girl looking like my ex girlfriend of that time, I sat down to ten meters, I hesitated to approach her, I did not want to nag. After half an hour, I decided to go talk to her. I told her simply: « Hello miss. I just wanted to tell you that I find you charming. Goodbye ». She let me just finish my sentence and said, « you too, thank you ». I began smiling and then I left. She caught up with me and asked me if we could get acquainted, we talked for half an hour while walking. To be sure of seeing her, I asked her questions about her studies. She refused to give me an email address or a phone number but suggested me an appointment the following Sunday at the same time. Unfortunately for me, the four following Sundays, she never returned. I did not appreciate her lack of frankness, I was up in arms about her.
Mardi 3 mai 2005, j’allai faire un tour à la fac pour connaître son emploi du temps. Le lendemain matin, dès 8 heures, je l’attendis devant l’amphi. Elle arriva au bout d’une vingtaine de minutes, elle était un peu surprise de me trouver là. Elle me prit à part, elle m’expliqua calmement qu’elle avait simplement décidé de retourner avec son ex et qu’elle aimerait bien que nous restions amis bien qu’elle reconnaissait qu’elle savait que ce n’était pas ce que je voulais. Elle admit qu’elle ne voulait pas me donner de faux espoirs mais qu’elle aurait mieux fait de me dire les choses en face. Je restais presque impassible voire stoïque en surface. Elle me présenta des excuses après avoir reconnu son erreur. Je lui transmis mes souhaits de bonheur pour la suite. J’étais amère. Je partis doucement. Je pris le bus pour rejoindre mon lieu de stage, j’essayais de retenir mes larmes avec relativement peu de succès. J’étais fou de rage et vexé. Soudainement, je laissai éclater ma colère et je me dis : « Je m’en fous. Si c’est ça, je retourne sur Meetic! ». Tuesday, May 3rd, 2005, I went for a ride to the university to find out her schedule. The next morning at 8 am, I waited outside the auditorium. She arrived after twenty minutes, she was a little surprised to find me there. She took me aside, she calmly explained to me that she had simply decided to go back with her ex boyfriend and she would like us to remain friends although she acknowledged that she knew it was not what I wanted. She admitted she did not want me to give false hope but she should have told me the truth to my face. I apparently remained almost impassive or even stoic. She apologized after admitting her mistake. I sent her my good wishes for the future. I was bitter. I quietly left. I took the bus to my place of internship, I was trying to hold back my tears with relatively little success. I was absolutely furious and offended. Suddenly, I let my anger explode and I said: « I don’t care. If that’s it, I go back to Meetic ».
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse

A propos gouessej

Ingénieur en informatique, militant politique d'extrême-gauche, développeur de logiciels libres multi-plateformes. Engineer in computer science, far left-wing political activist, developer of free open source cross-platform softwares.
Cet article, publié dans Vie personnelle, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.