Manifestation contre le projet de loi relatif au renseignement lundi 4 mai 2015 à Paris [Demonstration against the bill on intelligence Monday, May 4th, 2015 in Paris]

Nous voulons être entendus, pas écoutés [We want to be heard, not wiretapped]
Français English
J’ai participé à la manifestation contre le projet de loi relatif au renseignement lundi 4 mai 2015 à Paris. Des syndicats de travailleurs étaient présents (CGT, FSU, SUD) ainsi que le principal syndicat étudiant (UNEF), plusieurs partis politiques (PCF, PG, Europe Écologie Les Verts, NPA, PCOF, Ensemble, …) et d’autres organisations (ni pigeons ni espions, Ligue des droits de l’Homme, La Quadrature du Net, Amnesty International, le syndicat de la magistrature, Attac, Droit au logement, les amis de la Terre, APRIL, …). I participated to the demonstration against the bill on intelligence Monday, May 4th, 2015 in Paris. Some trade unions were present (CGT, FSU, SUD), the main student union (UNEF), several political parties (PCF, PG, Europe Ecology The Greens, NPA, PCOF, Together, etc…) and some other organizations (neither suckers nor spies, Human Rights League, Squaring of the Net, Amnesty International, the union of the magistracy, Attac, Right in the housing, the friends of the Earth, APRIL, …).
De nombreux intervenants ont pris la parole. L’allusion à la croissance faite par l’intervenant de « ni pigeons ni espions » a été mal reçue par les participants soucieux de l’écologie et la proposition à signer une pétition en faveur de Gaëtan sur Facebook a mis mal à l’aise certains d’entre nous. Many contributors spoke. The allusion to growth made by the contributor of « neither suckers nor spies » wasn’t well received by the participants concerned the ecology and the proposal to sign a petition in favor of Gaëtan on Facebook put ill at ease some of us.
Ce projet de loi est un exemple de dérive du solutionnisme technologique, c’est-à-dire qu’il prétend résoudre un problème très complexe par la technique, dans ce cas précis par le recours à des algorithmes implémentées dans des boites noires. Dans la même veine que les DRM et le blocage de DNS par listes noires, les personnes malhonnêtes voulant contourner les dispositifs y arriveront sans peine et ce seront surtout les personnes n’ayant rien à se reprocher qui seront pénalisées. Cette loi sera donc à la fois inefficace et contre-productive car elle nuira à la santé du réseau et elle encouragera toutes les organisations ne souhaitant pas supporter les coûts des dispositifs techniques et les conséquences en terme de réduction du droit au respect de la vie privée à fuir la France ou à cesser leurs activités, pas seulement les entreprises privées (hébergeurs, éditeurs de logiciels, entreprises de services du numérique, …) mais aussi les fournisseurs d’accès Internet associatifs comme Franciliens.net. Les partisans de ce projet de loi la présentent comme une loi antiterroriste alors qu’elle va bien plus loin, elle comporte une nouvelle catégorie intitulée « prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique ». Par ces termes vagues, cette loi permettra de surveiller encore plus les militants associatifs, syndicaux et politiques, les grévistes, les manifestants, … et leurs proches. Ce ne sera pas une loi d’exception, ce sera une loi aux contours flous qui fera d’une exception la règle. Le gouvernement met en place un mécanisme d’auto-défense d’un système qui tolère de moins en moins les contestations comme le prouvent la condamnation de Gaëtan pour avoir manifesté et celle de Yann Le Merrer révoqué de la fonction publique pour faits de grève. La guerre sociale aura un coût, cette loi absorbera des fonds qui auraient pu être consacrés aux budgets sociaux, la santé, l’éducation, le logement, la recherche, … Ce gadget de contrôle politique de la société ne s’attaque pas aux terroristes, il s’attaque à celles et ceux qui sont en désaccord avec la politique du gouvernement, il cherche à masquer les conséquences des problèmes sociaux au lieu d’en traiter les causes, c’est comme si je cassais le thermomètre pour ne pas voir la température. La surveillance permanente des internautes changera leur comportement, les museler n’arrangera rien, elle les poussera vers d’autres formes d’expression, pas nécessairement les plus pacifistes. C’est aussi le principe de présomption d’innocence qu’elle remet en question puisque toutes nos méta-données seront exploitées, nous serons tous considérés comme des terroristes potentiels. Que se passera-t-il si ces méta-données arrivent en de mauvaises mains? Nous ne le saurons peut-être même pas quand on nous refusera un crédit, une assurance ou un poste de travail. This bill is an example of technological solutionism drifting, that is to say it claims to solve a very complex problem by the technology, in this case by the use of some algorithms implemented in some black boxes. In the same vein that the DRMs and the DNS blocking with blacklists, dishonest people willing to bypass the apparatus will succeed easily and these will be people who have done nothing wrong who will be mainly penalized. Therefore, this law will be both ineffective and counterproductive because it will affect the health of the network and it will encourage all organizations not wishing to bear the costs of the technical apparatus and the consequences in terms of reducing the right to respect for privacy to flee France or cease their activities, not only the private corporations (hosters, software publishers, information technology consulting, …) but also the associative Internet service providers like Franciliens.net. The supporters of the bill shows it as an antiterrorism law whereas it goes much further, it includes a new category entitled « Prevention of collective violence likely to cause serious harm to the public peace ». Thanks to these vague terms, this law will allow to monitor much more the associative, union and political activists, strikers, protesters, … and their relatives. It won’t be an exceptional law, it will be a law with blurred outlines that will make an exception the rule. The government is establishing a self-defense mechanism of a system that tolerates less and less the challenges as evidenced by the condemnation of Gaëtan for protesting and the one of Yann Le Merrer dismissed from the public service for strike action. The social war will have a cost, this law will absorb the funds that could have been spent on social spending, health, education, housing, research, … This gadget of political control of the society doesn’t deal with the terrorists, it attacks those who disagree with the government policy, it seeks to hide the consequences of the social problems rather than treat its causes, it is as if I broke the thermometer not to see the temperature. The permanent control of Internet users will modify their behavior, muzzle them won’t help anything, it will push them to other forms of expression, not necessarily the most pacifist ones. This is also the principle of the presumption of innocence that it calls into question because all our meta-data will be used, we will all be considered as potential terrorists. What will happen if these meta-data arrive into the wrong hands? We won’t perhaps even know when we’ll be refused a credit, an insurance or a job.
Photo20150504_185415
Etre sur écoute, ça nous coûte [Being wiretapped has a cost for us]
« Etre sur écoute, ça nous coûte » « Being wiretapped has a cost for us »
Photo20150504_192000
Photo20150504_192534
Olivier Besancenot [Olivier Besancenot]
Ce qui est lu, vu et su à notre insu salit ce qu'on vit [What is read, seen, known unbeknownst to us sullies what we live]
« Ce qui est lu, vu et su à notre insu salit ce qu'on vit » « What is read, seen, known unbeknownst to us sullies what we live »
Photo20150504_194836
Photo20150504_194926
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Marqué avec , ,

Manifestation du premier mai 2015 lors de la fête du travail à Paris [Demonstration of May first, 2015 during the Labor Day in Paris]

Tête de cortège [Head of the march]
Français English
J’ai participé à la manifestation du premier mai 2015 lors la fête du travail à Paris. Des syndicats de travailleurs étaient présents (CGT, CNT, FSU, SUD) ainsi que des syndicats étudiants (UNEF, SUD étudiant), les principaux syndicats lycéens (UNL, FIDL), plusieurs partis politiques (NPA, PCF, PG, Lutte Ouvrière, …) et d’autres organisations (JC, Droit au logement, les amis de la Terre, …). I participated to the demonstration of May first, 2015 during the Labor Day in Paris. Some trade unions were present (CGT, CNT, FSU, SUD), some student unions (UNEF, SUD student), the main high school unions (UNL, FIDL), several political parties (NPA, PCF, PG, Worker’s struggle, etc…) and some other organizations (JC, Right in the housing, the friends of the Earth, …).
Cette journée s’inscrit à nouveau cette année dans la poursuite de la lutte contre l’austérité, après une manifestation réussie jeudi 9 avril 2015, contre la loi Macron, la loi Touraine, le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi, le pacte de responsabilité et TAFTA. J’ai aussi une pensée pour Gaëtan (militant du Nouveau Parti Anticapitaliste et SUD étudiant condamné à deux mois de prison pour avoir manifesté) et Yann Le Merrer (révoqué de la fonction publique pour faits de grève). This day is a part of the continuing struggle against austerity policies again this year, after a successful demonstration Thursday April 9th 2015, against the Macron law, the Touraine law, the tax credit for competitiveness and employment, the pact of responsibility and TAFTA. I have a thought for Gaëtan(activist of the New Anticapitalist Party and of SUD Student sentenced to two months imprisonment for having demonstrated) and Yann Le Merrer (dismissed from the public service for strike actions).
Photo20150501_145541
Photo20150501_150455
Halte à l'agression impérialiste dans notre amérique [Stop the imperialist aggression in our America]
« Halte à l'agression impérialiste dans notre amérique » « Stop the imperialist aggression in our America »
Hollande, la finance te dit merci [Hollande, finance tells you thanks]
« Hollande, la finance te dit merci » « Hollande, finance tells you thanks »
Le bal des vampires [The dance of the vampires]
« Le bal des vampires » « The dance of the vampires »
JVP [JVP]
JVP JVP
Projet Macron, une loi au profit des patrons, CGT Ile-de-France [Macron project, a law profitable to the bosses, CGT Paris metropolitan region]
« Projet Macron, une loi au profit des patrons », CGT Ile-de-France « Macron project, a law profitable to the bosses », CGT Paris metropolitan region
Contre la bourgeoisie et ses serviteurs politiques, faire entendre la voix des travailleurs, Lutte Ouvrière [Against the bourgeoisie and its political servants, sound the voice of the workers, worker's struggle]
« Contre la bourgeoisie et ses serviteurs politiques, faire entendre la voix des travailleurs », Lutte Ouvrière « Against the bourgeoisie and its political servants, sound the voice of the workers », worker's struggle
Solidarité avec le peuple grec, annulation de la dette, NPA [Solidarity with the greek people, cancellation of the debt, NPA]
« Solidarité avec le peuple grec, annulation de la dette », NPA « Solidarity with the greek people, cancellation of the debt », NPA
Podemos Paris [Podemos Paris]
Podemos Paris Podemos Paris
travailleurs sans papiers [undocumented workers]
Travailleurs sans papiers Undocumented workers
Les travailleurs de la propreté contre l'austérité pour le progrès social, CGT [The workers of the cleanliness in struggle against austerity for social progress, CGT]
« Les travailleurs de la propreté contre l'austérité pour le progrès social », CGT « The workers of the cleanliness in struggle against austerity for social progress », CGT
Assez d'austérité, augmentez les salaires, CGT Paris [Fed up with austerity, increase the wages, CGT Paris]
« Assez d'austérité, augmentez les salaires », CGT Paris « Fed up with austerity, increase the wages », CGT Paris
Retrait de la loi Macron, CGT Paris [Withdrawal of the Macron law, CGT Paris]
« Retrait de la loi Macron », CGT Paris « Withdrawal of the Macron law », CGT Paris
SUD [SUD]
SUD SUD
Droit au logement [Right in the housing]
Droit au logement Right in the housing
Non à la casse de nos droits, CNT [No to the breaking of our rights, CNT]
« Non à la casse de nos droits », CNT « No to the breaking of our rights », CNT
Appliquez la loi, pas de mineurs à la rue [Apply the law, no minors on the streets]
« Appliquez la loi, pas de mineurs à la rue » « Apply the law, no minors on the streets »
UNEF et UNL [UNEF and UNL]
UNEF et UNL UNEF and UNL
Non à l'austérité, ce ne sont pas les patrons, ce n'est pas la finance, ce sont les services publics qui doivent être sauvés, FSU Ile-de-France [No to austerity. These aren't the bosses, this isn't the finance, these are the public utilities that must be saved, FSU Paris metropolitan region]
Non à l'austérité, ce ne sont pas les patrons, ce n'est pas la finance, ce sont les services publics qui doivent être sauvés, FSU Ile-de-France No to austerity. These aren't the bosses, this isn't the finance, these are the public utilities that must be saved, FSU Paris metropolitan region
UNSA [UNSA]
UNSA UNSA
Un million d'emplois pour le climat, les amis de la Terre [One million jobs for the climate, the friends of the Earth]
« Un million d'emplois pour le climat », les amis de la Terre « One million jobs for the climate », the friends of the Earth
Contre le gouvernement et l'austérité, contre la droite et l'extrême-droite, préparons la riposte, NPA [Against the government and austerity, against the right and extreme right, let us prepare the response, NPA]
« Contre le gouvernement et l'austérité, contre la droite et l'extrême-droite, préparons la riposte », NPA « Against the government and austerity, against the right and extreme right, let us prepare the response », NPA
Lutte Ouvrière [Worker's struggle]
Lutte Ouvrière Worker's struggle
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Marqué avec , ,

Manifestation contre l’austérité jeudi 9 avril 2015 à Paris [Demonstration against austerity Thursday, April 9th, 2015 in Paris]

Photo20150409_154956
Français English
J’ai participé à la manifestation contre l’austérité jeudi 9 avril 2015 à Paris. Des syndicats de travailleurs (CGT, FO, SUD, FSU, CNT), plusieurs organisations politiques (PCF, PG, NPA, Lutte Ouvrière, …) et quelques autres organisations (Attac, …) étaient présents. I participated in the demonstration against austerity Thursday, April 9th, 2015 in Paris. Several trade unions (CGT, FO, SUD, FSU, CNT), several political organizations (PCF, PG, NPA, Workers’ Struggle, …) and several other organizations (Attac, …) were present.
Pour les patrons, tout est bon dans la loi Macron mais pour les salariés, c’est l’indigestion. Entre la banalisation du travail du dimanche et de nuit, l’affaiblissement de la justice prud’homale et de la médecine du travail, la dépénalisation du délit d’entrave aux institutions représentatives du personnel, la facilitation des licenciements pour motifs économiques et le remplacement des sanctions pénales infligées aux employeurs par l’inspection du travail par des amendes administratives, les patrons sont gâtés, ce qui explique que cette loi a été la principale cible des manifestants, plus de 120000 à Paris. Le financement du pacte de responsabilité repose sur un plan de coupes budgétaires de plus de 50 milliards d’euro qui affecte principalement la sécurité sociale, les services publics, les collectivités territoriales et par ricochet le secteur privé. Nous en avons assez de payer les cadeaux du gouvernement au patronat! For the employers, everything is good in the Macron law, but for the employees, it leads to the indigestion. Between the trivialization of Sunday and night work, the weakening of the Labor Court and the occupational medicine, the decriminalization of the offense of obstruction to the employee representative bodies, facilitating the economic dismissals and the replacement of criminal penalties imposed on employers by the labor inspectorates by some administrative fines, the employers are spoiled, which explains why this law was the main target of the protesters, more than 120,000 in Paris. The funding of the pact of responsibility relies on a plan of budget cuts over 50 billion euro that mainly affects social security, public services, local authorities and by extension the private sector. We are fed up with paying for the gifts of the government to the employers!
Liberté pour Gaëtan [Freedom for Gaetan]
« Liberté pour Gaëtan » « Freedom for Gaetan »
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
Soutien au peuple grec. D'Athènes à Paris, non à l'austérité [Support of the Greek people. From Athens to Paris, throughout Europe, no to austerity]
« Soutien au peuple grec. D'Athènes à Paris, non à l'austérité » « Support of the Greek people. From Athens to Paris, throughout Europe, no to austerity »
Lutte Ouvrière [Workers' Struggle]
Lutte Ouvrière [Workers' Struggle]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
Photo20150409_125845
Rien n'est bon dans le Mac Ron, CGT [Nothing is good in the Mac Ron, CGT]
« Rien n'est bon dans le Mac Ron », CGT « Nothing is good in the Mac Ron », CGT
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
Photo20150409_155822
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
Photo20150409_161708
Photo20150409_161727
CGT [CGT]
Photo20150409_162013
FO [FO]
FO [FO]
FO [FO]
FO [FO]
FO [FO]
FO [FO]
FO [FO]
Action antifasciste [Antifascist action]
FSU [FSU]
FSU [FSU]
FSU [FSU]
Assemblée générale des établissements en lutte [General meeting of the institutions in struggle]
« Assemblée générale des établissements en lutte » « General meeting of the institutions in struggle »
Universités contre la précarité [Universities against precariousness]
« Universités contre la précarité » « Universities against precariousness »
SUD [SUD]
SUD [SUD]
Révoqué pour ses activités syndicales, réintégration de Yann à La Poste, SUD services postaux [Fired because of his unionist activities, Yann's reintegration at La Poste, SUD postal services]
« Révoqué pour ses activités syndicales, réintégration de Yann à La Poste », SUD services postaux. Pétition ici. « Fired because of his unionist activities, Yann's reintegration at La Poste », SUD postal services. Petition here.
Pas de prison pour les manifestants, solidarité avec Gaëtan, SUD étudiant [No jail for the protesters, solidarity with Gaetan, SUD Student]
Non à la dictature néolibérale capitaliste [No to the neoliberal capitalist dictature]
Nous ne payerons pas leur crise, SUD Rail [We won't pay for their crisis, SUD Rail]
Contre l'offensive patronale, seule la lutte paie, CNT [Against the offensive of the employers, only struggle pays, CNT]
« Contre l'offensive patronale, seule la lutte paie », CNT « Against the offensive of the employers, only struggle pays », CNT
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
PCF [PCF]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
CGT [CGT]
Solidarité avec le peuple grec, annulation de la dette, NPA [Solidarity with the Greek people, cancellation of the debt, NPA]
« Solidarité avec le peuple grec, annulation de la dette », Nouveau Parti Anticapitaliste « Solidarity with the Greek people, cancellation of the debt », New Anticapitalist Party
CGT [CGT]
«  », CGT «  », CGT
Pour les patrons, tout est bon dans le Macron, retrait du projet de loi, NPA [For the employers, everything is good in the Macron, cancellation of the project of law, NPA]
« Pour les patrons, tout est bon dans le Macron, retrait du projet de loi », Nouveau Parti Anticapitaliste « For the employers, everything is good in the Macron, cancellation of the project of law », New Anticapitalist Party
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Marqué avec , , ,

Manifestation contre les violences policières samedi 14 février 2015 à Montreuil [Demonstration against police violence Saturday, February 14th, 2015 in Montreuil]

Gardiens de la paix, mon oeil [Peacekeepers, pull the other one]
Français English
J’ai participé à la manifestation contre les violences policières samedi 14 février 2015 à Montreuil. Nous étions entre 100 et 200 personnes dont moins d’une dizaine de militants et de sympathisants du nouveau parti anticapitaliste, des membres de la voix des Rroms, du collectif 8 juillet et d’autres collectifs contre les violences policières ainsi que des proches de victimes au départ à 14h30 devant le lycée public Jean Jaurès. C’était devant ce même établissement que Geoffrey avait reçu un tir de Flash-Ball dans l’œil jeudi 14 octobre 2010 pendant la mobilisation contre la réforme des retraites. Quelques semaines avant mon emménagement dans une commune voisine, mercredi 8 juillet 2009, Joachim Gatti et 5 autres personnes avaient été touchés par des tirs de Flash-Ball sur la place du marché. Environ 40 personnes ont été blessés ces 15 dernières années (dont près de 30 entre 2004 et 2013 selon Mediapart) avec ce type d’arme dite « à létalité réduite », seul un policier a été condamné. Je tiens à dénoncer une fois de plus les mensonges des médias capitalistes, notamment BFMTV et ITélé qui parlaient à l’époque de « blessures légères » au sujet de Geoffrey et l’AFP qui avait présenté Joachim comme un squatteur pour légitimer la répression policière, comme si cela pouvait suffire à justifier le recours à la force alors qu’il ne représentait une menace pour personne. I participated to the demonstration against police violence Saturday, February 14th, 2015 in Montreuil. We were between 100 and 200 people including less than ten activists and sympathisers of the new anticapitalist party, some members of the voice of the Romani people, of the collective July 8th and of some other collectives against police violence as well as some relatives of some victims starting at 14:30 in front of the public high school Jean Jaurès. It was in front of this same building that Geoffrey had received a shot of Flash-Ball in the eye Thursday, October 14th, 2010 during the mobilization against the pension reform. A few weeks before my move to a neighboring town, Wednesday, July 8th, 2009, Joachim Gatti and 5 other people had been wounded by some Flash-Ball shots on the marketplace. About 40 people have been injured in the last 15 years (nearly 30 between 2004 and 2013, according to Mediapart) with this type of weapon known as « with reduced lethality », only one police officer was sentenced. I want to denounce once again the lies of the capitalist media, including BFMTV and ITélé who spoke about some « minor injuries » concerning Geoffrey in those days and the AFP who had presented Joachim as a squatter to legitimize police repression, as if that would be enough to justify the use of force whereas he was a threat for nobody.
Tout s’est déroulé dans le calme mais le préfet a jugé bon d’interdire notre manifestation dont le parcours était connu de la mairie depuis des semaines et de nous envoyer environ 24 camions de police (un groupe de 6 par rue à bloquer). Nous sommes restés coincés près du comité des œuvres sociales de Montreuil à partir de 15h à 19h30 après être sortis de la rue Pierre Pépin à quelques centaines de mètres du lycée. Plusieurs personnes ont pris la parole dont le père de Geoffrey, son oncle, Raymond Gurême (ancien prisonnier d’un camp d’internement de familles « nomades » pendant la seconde guerre mondiale), … Les policiers ont pris comme prétexte un différend entre deux personnes pour tenter de nous charger une première fois vers 16h. Ensuite, les manifestants sont partis au compte-gouttes, rares sont ceux qui ont pu s’en sortir sans se faire fouiller. Plusieurs agents relevaient les noms et prenaient des photos des cartes d’identité. Le goûter prévu initialement à la Croix de Chavaux a été pris devant les gardes mobiles (dont certains se moquaient de nous) sur le boulevard, c’était un peu notre pied de nez. Je suis parti vers 18h10 comme il avait été décidé collectivement de se rendre, nous n’étions plus qu’à peine une quarantaine. L’agent qui m’a fouillé n’a pas cherché à en rajouter, c’était déjà bien assez dégradant comme ça. Une fleuriste m’a signalé que ce blocage lui a causé du tort, ce que je puis comprendre, mais quand elle m’a dit « il faut respecter les lois de la République », j’ai pris soin de lui rappeler que pas mal de commissariats refusent très souvent des dépôts de plainte et de mains courantes (ils prétextent une panne d’imprimante pour ne laisser aucune trace et les effacent de leurs systèmes informatiques) quitte à violer l’article 15-3 de la procédure pénale et surtout que les policiers qui ont mutilé des manifestants avec des Flash-Balls n’ont fort probablement pas respecté les consignes de sécurité (viser en dessous des épaules et à plus de 7 mètres de distance). Everything went peacefully but the prefect saw fit to prohibit our demonstration whose course was known by the city council for weeks and to send about 24 police trucks (a group of 6 per street to block). We got stuck near the committee of Public Works in Montreuil from 15:00 to 19:30 after leaving the Pierre Pepin street a few hundred meters from the school. Several people spoke including Geoffrey’s father, his uncle, Raymond Gurême (former prisoner of an internment camp for « nomadic » families during the second world war), … The police took a dispute between two people as a pretext to try to charge at us for the first time at about 16:00. Then the demonstrators left little by little, few people were able to get out without being searched. Several officers were noting down the names and were taking pictures of the identity cards. The snack initially planned at « la croix de Chavaux » was done in front of the mobile guards (some made fun of us) on the boulevard, it was our way of thumbing our nose at them. I left at 18:10 as it had been collectively decided to leave, we were less than forty. The officer who searched me didn’t try to lay it on thick, it was already degrading enough this way. A florist brought to my attention that this blockage caused her some harm, which I can understand, but when she told me « you have to respect the laws of the Republic », I took care of reminding her that a lot of police stations often refuse the deposits complaint and the handrails (they pretext a printer failure to leave no trace and remove them from their IT systems) even if it leads to violate the article 15-3 of the penal procedure and especially that it was highly probable that the cops who mutilated some protesters with some Flash-Balls didn’t comply with the safety instructions (target below the shoulders and over 7 meters distance).
Au nom du maintien de « l’ordre », des policiers détruisent des vies humaines et mutilent presque impunément. Il y avait véritablement une volonté d’humilier celles et ceux qui osent dénoncer les violences policières. Je crains que le terrorisme serve de prétexte à un tour de vis sécuritaire et antidémocratique mais le gouvernement actuel n’a pas attendu les attentats de janvier 2015 pour interdire de nombreuses manifestations. L’appareil d’État se crispe face à notre « légitime défiance » (pour reprendre la formulation de Joachim). Je sais déjà comment il répondra à notre droit à l’insurrection, encore par la violence. In the name of maintaining « order », some cops destroy some human lives and mutilate almost with impunity. There was indeed a desire to humiliate those who dare to denounce police violence. I fear that terrorism is used as an excuse to an antidemocratic heavy-handed security turn of the screw but the current government hasn’t waited for the attacks in January 2015 to ban many demonstrations. The state apparatus gets irritated facing our « legitimate distrust » (to take Joachim’s words up). I already know how it will reply to our right to insurrection, again by violence.
Face au vent de la révolte, la police mutile pour mieux règner [Facing the wind of revolt, the police mutilates to better reign]
Face au vent de la révolte, la police mutile pour mieux règner Facing the wind of revolt, the police mutilates to better reign
Plutôt un monde sans police qu'un monde sans Rémi [Rather a world without police than a world without Rémi]
Plutôt un monde sans police qu'un monde sans Rémi Rather a world without police than a world without Rémi
Dans nos quartiers, les flics sont les seuls étrangers [In our neighborhoods, the cops are the only foreigners]
Dans nos quartiers, les flics sont les seuls étrangers In our neighborhoods, the cops are the only foreigners
Mais que fait la police? Ca crève les yeux [But what does the police? It stands out a mile]
Mais que fait la police? Ca crève les yeux But what does the police? It stands out a mile
Ne nous laissons pas gouverner par la peur [Don't let ourselves be governed by fear]
Ne nous laissons pas gouverner par la peur Don't let ourselves be governed by fear
Police [Police]
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Marqué avec