Manifestation du premier mai 2016 lors de la fête du travail à Paris [Demonstration of May first, 2016 during the Labor Day in Paris]

Tête de cortège [Head of march]
Français English
J’ai participé à la manifestation du premier mai 2016 lors la fête du travail à Paris. Des syndicats de travailleurs étaient présents (CGT, CNT, FSU, SUD, FO) ainsi que des syndicats étudiants (UNEF, SUD étudiant), les principaux syndicats lycéens (UNL, FIDL, SGL), plusieurs organisations politiques (NPA, PCF, PG, Lutte Ouvrière, Nouvelle Donne, Fédération Anarchiste, CGA, …) et d’autres organisations (Nuit debout, JC, JOC, Droit au logement, Attac, Osez le féminisme, Podemos Paris, …). I participated to the demonstration of May first, 2016 during the Labor Day in Paris. Some trade unions were present (CGT, CNT, FSU, SUD, FO), some student unions (UNEF, SUD student), the main high school unions (UNL, FIDL, SGL), several political organizations (NPA, PCF, PG, Worker’s struggle, New Deal, Anarchist Federation, CGA, etc…) and some other organizations (Nuit debout, JC, JOC, Right in the housing, Attac, Dare the feminism, Podemos Paris, …).
La principale revendication est le retrait de la loi El Khomri dont j’avais déjà parlé à l’occasion de la dernière manifestation à laquelle j’avais participé. The main demand is the withdrawal of the El Khomri law about which I had already spoken on the occasion of the latest demonstration I had participated to.
N.B : La police a vainement tenté de couper en deux le point fixe du Nouveau Parti Anticapitaliste pendant une vingtaine de minutes avant le début de la manifestation. N.B: The police tried in vain to slice in half the run-up of the New Anticapitalist Party for about twenty minutes before the start of the demonstration.
Photo20160501_141506
Point fixe du PG avec Danielle Simonnet [Run-up of the PG with Danielle Simonnet]
Point fixe du PG avec Danielle Simonnet Run-up of the PG with Danielle Simonnet
1936, 2016, refaisons le front populaire [1936, 2016, let's rebuild the popular front]
« 1936, 2016, refaisons le front populaire » « 1936, 2016, let's rebuild the popular front »
Ni amendable, ni négociable, retrait de la loi El Khomri, NPA [Neither amendable, nor negotiable, withdrawal of the El Khomri law, NPA]
« Ni amendable, ni négociable, retrait de la loi El Khomri », NPA « Neither amendable, nor negotiable, withdrawal of the El Khomri law », NPA
Lutte Ouvrière [Workers' Struggle]
Lutte Ouvrière Workers' Struggle
Podemos Paris [Podemos Paris]
Podemos Paris Podemos Paris
Tuer le capitalisme, fédération anarchiste [Kill capitalism, anarchist federation]
« Tuer le capitalisme », fédération anarchiste « Kill capitalism », anarchist federation
Contre l'état et ses violences, autodéfense, solidarité de classe, CGA [Against the state and its violences, self-defense and class solidarity, CGA]
« Contre l'état et ses violences, autodéfense, solidarité de classe », CGA « Against the state and its violences, self-defense and class solidarity », CGA
CNT [CNT]
CNT CNT
Ni hôtel ni avion, la terre donne des haricots [Neither hotel nor plane, the earth gives beans]
« Ni hôtel ni avion, la terre donne des haricots » « Neither hotel nor plane, the earth gives beans »
Contre l'offensive patronale, riposte syndicale, autogestion, CNT [Against the offensive of the bosses, trade-union counterattack, self-management, CNT]
« Contre l'offensive patronale, riposte syndicale, autogestion », CNT « Against the offensive of the bosses, trade-union counterattack, self-management », CNT
Droit au logement [Right in the housing]
Droit au logement Right in the housing
L'avenir démocratique de la Syrie sans Bachar et sans Daech [The democratic future of Syria without Bachar and without Daech]
« L'avenir démocratique de la Syrie sans Bachar et sans Daech » « The democratic future of Syria without Bachar and without Daech »
Le peuple syrien arrachera sa liberté [The Syrian people will wrest his freedom]
« Le peuple syrien arrachera sa liberté » « The Syrian people will wrest his freedom »
Les reculs sociaux, ça ne se négocie pas, ça se combat, FSU Ile-de-France [The social falls mustn't be negotiated, they must be fought, FSU Paris metropolitan region]
« Les reculs sociaux, ça ne se négocie pas, ça se combat », FSU Ile-de-France « The social falls mustn't be negotiated, they must be fought », FSU Paris metropolitan region
SUD [SUD]
SUD SUD
Ni amendable, ni négociable, retrait, URIF FO [Neither amendable, nor negotiable, withdrawal, URIF FO]
« Ni amendable, ni négociable, retrait », URIF FO « Neither amendable, nor negotiable, withdrawal », URIF FO
FO [FO]
FO FO
Point fixe de Lutte Ouvrière [Run-up of Workers' Struggle]
Point fixe de Lutte Ouvrière Run-up of Workers' Struggle
Loi travail, les femmes sur la paille, Osez le féminisme ['Work' law, the women on their uppers, Dare the feminism]
« Loi travail, les femmes sur la paille », Osez le féminisme « 'Work' law, the women on their uppers », Dare the feminism
Calais : la France bien placée sur l'échelle de la honte. Hollande espère atteindre le sous-sol en 2017 [Calais : France well placed on the scale of shame. Hollande hopes to reach the basement in 2017]
« Calais : la France bien placée sur l'échelle de la honte. Hollande espère atteindre le sous-sol en 2017 » « Calais : France well placed on the scale of shame. Hollande hopes to reach the basement in 2017 »
Seule issue la lutte des classes, seule perspective le socialisme-communisme, parti communiste de Grèce KKE [The only exit the class struggle, the only prospect the socialism-communism, Greece communist party KKE]
« Seule issue la lutte des classes, seule perspective le socialisme-communisme », parti communiste de Grèce KKE « The only exit the class struggle, the only prospect the socialism-communism », Greece communist party KKE
Retrait de la loi El Khomri, CGT Paris [Withdrawal of the El Khomri law, CGT Paris]
« Retrait de la loi El Khomri », CGT Paris « Withdrawal of the El Khomri law », CGT Paris
Regarde ta rolex, c'est l'heure de la révolte [Watch your rolex, it's the time of the revolt]
« Regarde ta rolex, c'est l'heure de la révolte » « Watch your rolex, it's the time of the revolt »
Point fixe du PCF avec Pierre Laurent [Run-up of the PCF with Pierre Laurent]
Point fixe du PCF avec Pierre Laurent Run-up of the PCF with Pierre Laurent
La régression sociale ne se négocie pas, non à la casse du droit du travail, ensemble imposons le progrès social, CGT 94 [The social regression cannot be negotiated, no to the breakage of the work law, together let's demand social progress, CGT 94]
« La régression sociale ne se négocie pas, non à la casse du droit du travail, ensemble imposons le progrès social », CGT 94 « The social regression cannot be negotiated, no to the breakage of the work law, together let's demand social progress », CGT 94
Salaires, plein emploi, 32h, travailler moins mieux tous, CGT 95 [Wages, full employment, 32 hours, work less better all, CGT 95]
« Salaires, plein emploi, 32h, travailler moins mieux tous », CGT 95 « Wages, full employment, 32 hours, work less better all », CGT 95
Loi El Khomri, retrait, résistance [El Khomri law, withdrawal, resistance]
« Loi El Khomri, retrait, résistance » « El Khomri law, withdrawal, resistance »
Solidarité, égalité, paix, progrès social, CGT 78 [Solidarity, equality, peace, social progress, CGT 78]
« Solidarité, égalité, paix, progrès social », CGT 78 « Solidarity, equality, peace, social progress », CGT 78
Photo20160501_153550
Non à la jungle patronale, retrait de la loi El Khomri, UL CGT Montreuil [No to the employers' jungle, withdrawal of the El Khomri law, UL CGT Montreuil]
« Non à la jungle patronale, retrait de la loi El Khomri », UL CGT Montreuil « No to the employers' jungle, withdrawal of the El Khomri law », UL CGT Montreuil
Ni amendable, ni négociable, retrait de la loi El Khomri, CGT 93 [Neither amendable, nor negotiable, withdrawal of the El Khomri law, CGT 93]
« Ni amendable, ni négociable, retrait de la loi El Khomri », CGT 93 « Neither amendable, nor negotiable, withdrawal of the El Khomri law », CGT 93
Répétez après moi : les grands médias disent toute la vérité et rien que la vérité... [Repeat after me: the mass media say the whole truth and only the truth...]
« Répétez après moi : les grands médias disent toute la vérité et rien que la vérité… » « Repeat after me: the mass media say the whole truth and only the truth… »
Droit du travail, nous ne laisserons pas le MEDEF faire sa loi, URIF CGT [Work law, we won't let the MEDEF impose its rule, URIF CGT]
« Droit du travail, nous ne laisserons pas le MEDEF faire sa loi », URIF CGT « Work law, we won't let the MEDEF impose its rule », URIF CGT
Prolétaires et peuples opprimés de tous les pays, unissez-vous, JVP [Proletarians and oppressed peoples of all countries, unite, JVP]
« Prolétaires et peuples opprimés de tous les pays, unissez-vous », JVP « Proletarians and oppressed peoples of all countries, unite », JVP
JVP [JVP]
JVP JVP
Germanaud out en août [Germanaud out in August]
Germanaud out en août Germanaud out in August
UNEF, UNL, FIDL, SGL, JC, ... [UNEF, UNL, FIDL, SGL, JC, ...]
UNEF, UNL, FIDL, SGL, JC, … UNEF, UNL, FIDL, SGL, JC, …
JOC [JOC]
JOC JOC
Tête de cortège [Head of march]
Tête de cortège Head of march
Respectons le pachamama [Let's respect the pachamama]
« Respectons le pachamama » « Let's respect the pachamama »
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Tagué , , ,

Za : restaurant français à Paris [Za: French restaurant in Paris]

Façade du restaurant français Za [Frontage of the French restaurant Za]
Français English
J’ai mangé dans ce restaurant à deux reprises (jeudi 14 et mercredi 20 avril 2016). Une femme de mon entourage m’a proposé d’y aller avec son amie un peu par hasard puis j’y suis retourné avec deux amis militants. Il se trouve dans le passage de la Canopée de Châtelet récemment inaugurée, il a ouvert il y a moins d’un mois. I ate in this restaurant twice (Thursday 14th and Wednesday 20th, April, 2016). A woman of my circle suggested me to go with her friend a little by chance and then I returned with two friends who are activists too. It is in the passage of the recently inaugurated Châtelet’s Canopy, it opened less than a month ago.
Intérieur du restaurant français Za [Indoor of the French restaurant Za]
La salle comporte cinq très grandes tables en bois munies de tapis roulants pour acheminer les plats jusqu’aux clients. Za peut ainsi accueillir une centaine de personnes. The room has five very large wooden tables with some conveyor belts to transport the food to the customers. Za can thus accommodate a hundred people.
Table du restaurant français Za [Table of the French restaurant Za]
Le client est censé poser son smartphone à droite sur l’indication en noir. The customer is supposed to put his smartphone down right on the black indication.
Moyens de paiement au restaurant français Za [Means of payment at the French restaurant Za]
Les écrans indiquent les moyens de paiement. Vous pouvez payer en espèce, avec la carte de crédit, en tickets restaurant sur carnet mais pas avec la carte ticket restaurant. The screens show the means of payment. You can pay in cash, with a credit card, with some meal vouchers in a checkbook but not with the meal vouchers in a card.
Menu et formules du restaurant français Za [Board and set menus of the French restaurant Za]
Menu et formules du restaurant français Za [Board and set menus of the French restaurant Za]
Menu et formules du restaurant français Za [Board and set menus of the French restaurant Za]
Menu et formules du restaurant français Za [Board and set menus of the French restaurant Za]
6 formules sont proposées :

  • « petit dej » (œufs brouillés, toasts ou viennoiserie et boisson chaude ou jus de fruits) à 7.90 €
  • « zœuf » (omelette, petite salade et boisson) à 14.90 €
  • « gros zœuf » (omelette, grande salade et boisson) à 17.90 €
  • « zartine » (tartine, petite salade et boisson) à 17.90 €
  • « grosse zartine » (tartine, grande salade et boisson) à 19.90 €
  • « veggie » (soupe, grande salade et boisson) à 16.90 €

Si vous choisissez une des cinq dernières formules ci-dessus, le dessert est à 3 €.

6 set menus are suggested:

  • « petit dej » (scrambled eggs, toasts or viennoiserie and warm drink or fruit juice) 7.90 €
  • « zœuf » (omelette, small salad and drink) 14.90 €
  • « gros zœuf » (omelette, big salad and drink) 17.90 €
  • « zartine » (slice of bread, small salad and drink) 17.90 €
  • « grosse zartine » (slice of bread, big salad and drink) 19.90 €
  • « veggie » (soup, big salad and drink) 16.90 €

If you choose one of the five last set menus above, the dessert costs 3 €.

Trois salades sont disponibles :

  • Lentilles et aubergines à 8.50 €
  • Endives sucrées salées (avec des pommes et des amandes) à 8.80 €
  • Quinoa et légumes à 8 €

Three salads are available:

  • Lentils and eggplants 8.50 €
  • Sweet and sour chicories (with some apples and some almonds) 8.80 €
  • Quinoa and vegetables 8 €

Plusieurs tartines sont disponibles :

  • Mixte (jambon et fromage) à 12.50 €
  • Fromage frais et tomate à 10.80 €
  • Saumon mariné à 13.50 €
  • Roastbeef à 12.50 €
  • Croque-monsieur à 13.50 €
  • Croque-madame à 14.50 €

Several slices of bread are available:

  • Mixed (ham and cheese) 12.50 €
  • Fromage frais and tomato 10.80 €
  • Marinated salmon 13.50 €
  • Roastbeef 12.50 €
  • Grilled ham and cheese sandwich (croque-monsieur) 13.50 €
  • Grilled ham and cheese sandwich with an egg (croque-madame) 14.50 €

Plusieurs omelettes (11.80 €) sont disponibles :

  • Champignons
  • Mixte (jambon de Paris et Comté affiné)
  • Verte
  • Blanche (roquette, avocat et ciboulette)

Several omelettes (11.80 €) are available:

  • Mushrooms
  • Mixed (jambon de Paris and refined Comté)
  • Green
  • White (arugula, avocado and chives)

Plusieurs soupes sont disponibles :

  • Concombre et chèvre frais à 6.50 €
  • Vichyssoise à 6.30 €
  • Asperges vertes et parmesan à 6.90 €

Several soups are available:

  • Cucumber and cool goat’s cheese 6.50 €
  • Vichyssoise 6.30 €
  • Green asparaguses and Parmesan cheese 6.90 €

Plusieurs desserts sont disponibles :

  • Petits pots de crème à 3.10 €
  • Compote de pomme, fromage blanc et granola au miel à 3.10 €
  • Crumble au citron à 3.50 €
  • Panna cotta à la rose à 3.10 €
  • Frozen yoghourt à 3.50 €
  • Graines de chia, coco et mangue à 3.50 €

Several desserts are available:

  • Little pots of cream 3.10 €
  • Stewed apple, fromage blanc and honey granola 3.10 €
  • Lemon crumble 3.50 €
  • Rose panna cotta 3.10 €
  • Frozen yoghourt 3.50 €
  • Seeds of chia, coconut and mango 3.50 €

Plusieurs boissons sont disponibles :

  • Jus de fruit
  • Coca
  • Vin au verre à 3.40 €
  • Bière
  • Café à 2.10 €
  • Café allongé à 2.50 €
  • Cappuccino à 3.50 €
  • Thé, tisane à 2.50 €

Several drinks are available:

  • Fruit juice
  • Coca
  • Wine by the glass 3.40 €
  • Beer
  • Coffee 2.10 €
  • Long coffee 2.50 €
  • Cappuccino 3.50 €
  • Tea, herbal tea 2.50 €

J’ai eu pas mal de soucis la première fois. Tout d’abord, la porte a eu du mal à s’ouvrir. Ensuite, il n’y a pas de menu sur papier, tout se fait avec un logiciel à télécharger sur son smartphone. Elle n’a pas réussi à la récupérer en utilisant le réseau de son opérateur, c’était très lent comme elle avait dépassé son quota de données. Elle a dû appeler un membre du personnel qui lui a donné la clé WPA afin de pouvoir bénéficier du Wifi. Il avait l’air sur la défensive, j’avais l’impression qu’il tentait de se justifier à l’avance, comme s’il s’attendait à des remarques très négatives. Il mettait surtout en avant le côté sain et bio des plats proposés. Il nous a bien expliqué la composition de toutes les formules et a clairement répondu à nos questions. I had a lot of trouble the first time. Firstly, the door was hard to open. Then, there is no paper menu, all is inside the software to download with a smartphone. She didn’t manage to obtain it by using the operator’s network, it was very slow as she had exceeded her data quota. She had to call a staff member who gave her the WPA key in order to benefit from Wifi. He seemed to be on the defensive, I felt that he was trying to justify in advance, as if he was expecting to get very negative remarks. He especially highlighted the healthy and organic aspect of the courses. He explained the composition of all set menus very well and clearly answered our questions.
Une fois l’application rapidement téléchargée, il fallait qu’elle associe le smartphone à notre table. Même en activant le bluetooth et en s’y reprenant plusieurs fois, cela ne fonctionnait pas, elle a dû entrer le numéro de la table. Le reste de cette application est plutôt bien conçu, il est assez facile de passer commande mais ça manque cruellement d’illustrations, il n’y a quasiment aucune image. Nous n’étions pas au bout de nos peines comme le total pour les trois menus était de 0 €. J’ai dû rappeler le serveur qui a repris chacune de nos commandes depuis le début avec sa machine. Au total, il nous a fallu à peu près une demi-heure pour commander et il faut payer avant de consommer. Quand le logiciel marche bien, c’est nettement moins laborieux. Ensuite, nos commandes sont très rapidement parvenues à nous par le tapis roulant. Le service semble extrêmement rapide aux heures de pointe, les entrées et les boissons arrivent généralement au bout de quelques secondes. After having quickly downloaded the application, she had to associate the smartphone to our table. It didn’t work even after activating the Bluetooth and after several attempts, she had to enter the table number. The rest of this application is rather well designed, it’s pretty easy to order but it’s sorely lacking illustrations, there’s almost no image. We weren’t out of the woods as the total for the three set menus was 0 €. I had to call the waiter anew who took each of our orders since the beginning with his machine. In all, it took us about half an hour to order and you have to pay before eating. When the software works well, it’s much less laborious. After that, our orders quickly reached us by the conveyor belt. The service seems to be extremely fast in the peak hours, the starters and the drinks usually arrive within a few seconds.
Les deux femmes qui m’accompagnaient ont pris un menu comprenant une omelette, une petite salade et une boisson pour 14.90 €. J’ai remarqué que le jus de pomme est vraiment fait avec des pommes et non avec du concentré. J’ai pris le plus « gros » menu avec une grande salade, une tartine et une boisson pour 19.90 €. Les petites salades (au quinoa) sont vraiment minuscules, elles ont trouvé leurs omelettes aux champignons assez fades et elles ont même pensé que les oeufs et les légumes utilisés n’étaient peut-être pas bio contrairement à ce que le serveur nous avait dit. J’ai trouvé ma grande salade aux lentilles et aux aubergines plutôt bonnes mais je n’appelerais pas ça une « grande » salade. La tartine mixte m’a extrêmement déçu, c’est juste une pauvre tartine avec de fins morceaux de fromage et de jambon. Nous avons tous trouvé tout ça très cher. J’ai déjà mangé dans un restaurant bio près de la place Monge dont les menus étaient bien plus accessibles et les salades plus copieuses. J’étais tellement mécontent que je n’ai pas voulu prendre un dessert. Il est à noter qu’à aucun moment je n’ai reçu le moindre ticket de caisse. The two women who were accompanying me took a set menu including an omelet, a salad and a drink for 14.90 €. I noticed that the apple juice is really made with apples and not with the concentrate. I took the « bigger » menu with a big salad, a sandwich and a drink for 19.90 €. The small salads (quinoa) are really tiny, they found their omelettes with mushrooms quite bland and they even thought that maybe the eggs and the vegetables in their courses weren’t organic contrary to what the waiter told us. I found my big salad with lentils and eggplants quite good but I wouldn’t call it a « big » salad. The mixed slice of bread extremely disappointed me, it’s just a poor piece of bread with some thin pieces of cheese and ham. We all found all this very expensive. I already ate in an organic restaurant near the Place Monge whose set menus were more affordable and whose salads were more copious. I was so upset that I didn’t want to eat a dessert. It should be noted that at no time have I received any sales receipt.
J’ai voulu laisser une deuxième chance à ce restaurant, j’y suis revenu avec deux militants. Cette fois-ci, la porte était ouverte. J’ai tout de suite demandé à commander sans utiliser l’application. Le serveur s’est montré compréhensif, je lui ai demandé de nous indiquer les tartines les plus copieuses. Nous avons tous pris le plus « gros » menu avec un dessert chacun. J’ai pris un jus d’orange (très bon, fait avec de vraies oranges pressées, contenant de la pulpe), une grande salade sucrée salée aux endives, aux amandes et aux pommes (plutôt bonne), une tartine croque-madame qui m’a un peu plus rassasié que la famélique tartine mixte de la première fois et des graines de chia, coco et mangue. La militante à ma gauche a pris un verre de rosé, une grande salade au quinoa, une tartine au saumon mariné (à l’aneth et à la moutarde américaine) et un panna cotta à la rose. Mon camarade en face de moi a pris une bière (soit disant une pression…, il était très sceptique), une grande salade aux lentilles et aux aubergines, une tartine au roastbeef et un crumble au citron. Ils ont été plus satisfaits que mes précédentes convives, ils n’avaient plus faim mais ils ont trouvé tout ça très cher eux aussi. Le crumble n’a rien de traditionnel, il est composé de miettes de biscuits speculoos et d’une mousse de citron comme celle qu’on trouve dans les tartes au citron meringuées issues de l’industrie capitaliste, mon convive était déçu, il ne s’attendait pas à ça et nous l’avons tous les deux trouvé très acide. J’ai trouvé le panna cotta à la rose correct mais pas extraordinaire et tout petit. Pour 3€, je ne m’attendais pas à des miracles. Un client à côté de moi a dit qu’il avait l’impression de boire de l’eau en finissant sa soupe. I wanted to give a second chance to this restaurant, I returned with two activists. This time, the door was open. I immediately asked to order without using the application. The waiter was understanding, I asked him to tell us the most copious slices of bread. We all took the « bigger » set menu with a dessert each. I took an orange juice (very good, made with real squeezed oranges, containing some pulp), a big salad with sweet and sour chicories, almonds and apples (quite good), a slice of bread croque-madame which I was a little more satiated than the skeletal mixed slice of bread that I took the first time and the seeds of chia with coconut and mango. The activist on my left took a glass of rosé, a big salad with quinoa, a slice of bread with marinated salmon (with some dill weed and American mustard) and a panna cotta with rose. My comrade in front of me had a beer (so called « draught beer »…, he was very skeptical), a big salad with lentils and eggplants, a slice of bread with roast beef and a lemon crumble. They were more satisfied than my previous guests, they didn’t have hunger but they found it all very expensive too. The crumble has nothing traditional, it’s composed of crumbled speculoos biscuits and some lemon foam similar to the one that we can find in the lemon meringue pies from the capitalist industry, my guest was disappointed, he didn’t expect it and we both found it very acid. I found the rose panna cotta correct but not great and small. I wasn’t expecting miracles for 3 €. A customer next to me said that he felt like he was drinking water, finishing his soup.
Pour conclure, Za n’est ni un restaurant ni une cantine, les plats principaux sont juste de « grosses » entrées, le concept a besoin d’être retravaillé et certains mécanismes de l’application aussi. Je trouve qu’il manque de cohérence, j’aurais préféré passer commande entièrement depuis une tablette intégrée à la table plutôt qu’avec un smartphone. Je trouve difficile de commander des plats sans avoir quelques photos dans l’application. Là, on fait des allers retours entre l’application et le personnel du restaurant sauf quand tout marche bien d’un bout à l’autre. Il suffit pourtant d’un grain de sable pour que la mécanique s’enraye, un problème avec le réseau de l’opérateur ou le wifi, un souci avec le bluetooth, l’application pas fichue de faire une somme, … C’est tellement cher que je vois mal un salarié moyen y faire un seau chaque midi, il n’y a aucun menu à moins de 14.90€ sauf pour le petit déjeuner. Les plats ne sont pas faits sur place, ils sont acheminés à l’aide de triporteurs. Si j’avais des plats industriels à des prix « industriels », j’aurais moins l’impression de me faire berner. Je vous conseille d’aller plutôt à la boulangerie Jean-Noël Julien dans la rue Saint-Honoré ou à Pastavino dans le forum des halles au niveau -3 qui sont nettement plus abordables. Au delà des curieux du début, Za se fera peut-être une place dans le cœur de gens bien friqués mais moi je n’y remettrai plus jamais les pieds même si les membres du personnel font de leur mieux pour que vous passiez un agréable moment. Pour couronner le tout, un de mes convives m’a fait remarquer la piètre qualité de l’impression des ouvrages proposés. To conclude, Za is neither a restaurant nor a canteen, the main courses are just some « big » starters, the concept needs to be reworked and certain mechanisms of the application too. I find it inconsistent, I would have preferred to order from a fully integrated tablet at the table rather than a smartphone. I find difficult to order some courses without having any pictures in the application. Here we make back and forth between the application and the restaurant staff except when everything works from one end to the other. A minor glitch is enough to jam the piece of machinery, a problem with the operator’s network or Wifi, a concern with the Bluetooth, the damn application unable to do a sum, … It’s so expensive that I can’t imagine that the average worker will eat in it every noon, there is no menu for under 14.90 € except for the breakfast. The courses aren’t made on site, they are routed using some delivery tricycles. If I had some industrial courses at « industrial » prices, I would less have the feeling of being fooled. I advise you to go to the bakery Jean-Noël Julien in the Saint-Honoré street or to Pastavino in the forum of the halls at the level -3 which are much more affordable. Za will perhaps find its place in the heart of some quite loaded people beyond the curious ones of the beginning but I will never set foot here again even though the staff members do their best to ensure that you have an enjoyable time. To top it off, a guest of mine made me notice the poor quality of printing of the proposed books.
Za se trouve au passage de la Canopée dans le premier arrondissement de Paris. Il est ouvert de 7h à 23h. Vous pouvez vous rendre sur son site web pour de plus amples informations. Za is the passage of the canopy in the first district of Paris. It’s open from 7:00 to 23:00. You can go on its website to obtain additional information.
N.B : Prix donnés à titre indicatif, susceptibles de variation. N.B: Indicative prices, which may change.
Grandes salades du restaurant français Za [Big salads of the French restaurant Za]
Grandes salades et boissons (rosé et bière) Big salads and drinks (rosé and beer)
Tartines du restaurant français Za [Slices of bread of the French restaurant Za]
Tartines (roastbeef, saumon mariné et croque-madame) Slices of bread (roast beef, marinated salmon and croque-madame)
Desserts et jus d'orange du restaurant français Za [Desserts and orange juice of the French restaurant Za]
Desserts (panna cotta à la rose, crumble au citron, graines de chia, coco et mangue) et jus d’orange Desserts (rose panna cotta, lemon crumble, seeds of chia, coconut and mango) and orange juice
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Vie personnelle | Tagué ,

Manifestation contre la loi « travail » El Khomri jeudi 31 mars 2016 à Paris [Demonstration against the « work » El Khomri law Thursday, March 31th, 2016 in Paris]

Photo20160331_141311
Français English
J’ai participé à la manifestation contre la loi « travail » El Khomri jeudi 31 mars 2016 à Paris. Des syndicats de travailleurs (CGT, SUD, FO, CNT, …), des syndicats étudiants et lycéens (UNEF, UNL, FIDL, SUD étudiant), plusieurs organisations politiques (PCF, PG, NPA, Fédération Anarchiste, AL, PCOF, …) et quelques autres organisations (Amis de la Terre, ligue des droits de l’homme, égalité, Attac, …) étaient présents. I participated in the demonstration against the « work » El Khomri law Thursday, March 31th, 2016 in Paris. Several trade unions (CGT, SUD, FO, CNT, …), some student and high school unions (UNEF, UNL, FIDL, SUD student), several political organizations (PCF, PG, NPA, Anarchist Federation, AL, PCOF, …) and several other organizations (Friends of the Earth, human rights league, equality, Attac, …) were present.
Nous demandons le retrait pur et simple de ce projet de loi dont quelques mesures ont d’ores et déjà été retirées :

  • Augmentation du temps de travail maximum quotidien et hebdomadaire des apprentis mineurs (passant respectivement de 8 à 10 heures par jour et de 35 à 40 heures par semaine)
  • Suppression de la durée minimale du congé en cas de décès d’un proche
  • Augmentation du temps de travail maximum de nuit (de 40 heures par semaine pendant 12 semaines à 40 heures par semaine pendant 4 mois)
  • Recours aux emplois à temps partiel sans en informer préalablement l’inspection du travail
  • Augmentation du nombre de semaines consécutives avec un temps de travail maximum (passant de 44 heures par semaine pendant 12 semaines à 46 heures par semaine pendant 16 semaines)

Quelques mesures ont été modifiées :

  • Extension du dispositif « forfaits-jours » (temps de travail décompté en jours et non en heures) aux entreprises de moins de 50 salariés sans accord collectif (nécessite désormais l’accord des représentants syndicaux)
  • Augmentation de la durée maximale de modulation du temps de travail (passant d’un an à 3 ans, nécessite désormais un accord de branche et pas seulement un accord d’entreprise)
  • Plafonnement de l’indemnité prud’homale à 15 mois de salaire (disposition supprimée de la loi mais un décret est en préparation pour passer à un barème forfaitaire peu avantageux)
  • Fractionnement des 11 heures de repos obligatoires par tranche de 24 heures (disposition temporairement supprimée de la loi mais renvoyée à une concertation entre les partenaires sociaux avant octobre 2016)

L’essentiel des mesures de ce projet de loi est toujours présent :

  • Facilitation des licenciements économiques (une simple baisse de commande sur plusieurs mois suffirait)
  • Accord d’entreprise valable contre l’avis des syndicats représentant 70% des salariés
  • Suppression des durées minimales du congé pour catastrophe naturelle, du congé sabbatique, du congé maladie et du congé de proche aidant du code du travail (fixées par accord de branche ou par accord d’entreprise)
  • Suppression de la prévention des conditions de travail dangereuses des missions de la médecine du travail
  • Suppression de l’attribution systématique d’une qualification reconnue à l’issue d’un contrat de professionnalisation
  • Diminution de la fréquence des négociations sur les salaires par accord de branche (d’une par an à une tous les 3 ans)
  • Ouverture du financement par la taxe d’apprentissage aux CFA privés au détriment des établissements publics
  • Facilitation des licenciements en cas de transfert d’entreprise
  • Diminution de la majoration des heures complémentaires au-delà d’un dixième des heures prévues dans le contrat
  • Diminution du délai de prévenance d’un travailleur à temps partiel d’un changement d’horaire (de 7 jours à 3 jours)
  • Modification des dates des congés payés jusqu’au dernier moment
  • Limitation de la durée de validité des accords d’entreprise à 5 ans
  • Prélèvement des trop perçus de Pôle Emploi directement sur les allocations chômage sans passer par un juge
  • Suppression du délai de prévenance pour les astreintes et décompte des temps d’astreinte sur les temps de repos
  • Diminution des indemnités pour les salariés dont le licenciement économique est déclaré nul et ne pouvant être réintégrés (passant de 12 mois à 6 mois et désormais seul un salarié ayant au moins deux ans d’ancienneté peut y avoir droit)
  • Diminution des indemnités pour les salariés licenciés pour inaptitude (passant de 12 mois à 6 mois)
  • Remplacement de la visite médicale d’embauche par une visite d’information et de prévention
  • Augmentation du temps de travail maximum hebdomadaire de 44 à 46 heures par accord d’entreprise
  • Diminution des salaires et augmentation du temps de travail par accord d’entreprise
  • Diminution de la majoration des heures supplémentaires de 25% à 10% par accord d’entreprise
  • Changement du motif de licenciement en cas de refus de modifications d’un contrat suite à un accord de maintien de l’emploi (passant du motif économique à une cause réelle et sérieuse)
  • Augmentation du temps de travail maximum quotidien de 10 à 12 heures par accord d’entreprise

Ce projet de loi bouleverse la hiérarchie des normes, un simple accord d’entreprise permettrait d’accorder des droits moins avantageux que ce que les accords de branches et la loi prévoient. Il dégrade clairement les conditions de travail et de rémunération des travailleurs ainsi que les conditions d’indemnisation suite à un licenciement qu’il facilite énormément. Je ne vois donc pas en quoi un tel projet s’attaque au chômage.

Translation in progress…
Je suis resté 3 heures à cette manifestation sous la pluie, je n’ai pas pu prendre des photos d’une grande partie des cortèges syndicaux (FO et SUD). Je ne cautionne pas les actions de sabotage de mobilisations commises par certains bureaucrates syndicaux, elles portent atteinte à la fois à notre lutte, aux organisations qui y participent et aux militants syndicaux honnêtes qui en font partie. Pour moi, le syndicat n’est qu’un outil, ce n’est pas une fin en soi. Je remercie chaleureusement un lycéen de Montreuil pour cette piqure de rappel. Je ne cautionne pas l’usage de réseaux asociaux et d’outils de microblogage sous contrôle des impérialistes non plus. La lutte continue contre le projet de loi « Travail » El Khomri. La prochaine journée de mobilisation est déjà prévue pour le mardi 5 avril 2016.

Références :

Translation in progress…
Retrait de la loi Hollande-El Khomri, Lutte Ouvrière [Withdrawal of the Hollande-El Khomri law, Workers' Struggle]
« Retrait de la loi Hollande-El Khomri », Lutte Ouvrière « Withdrawal of the Hollande-El Khomri law », Workers' Struggle
Photo20160331_134712
Retrait du projet de loi El Khomri [Withdrawal of the El Khomri law project]
« Retrait du projet de loi El Khomri » « Withdrawal of the El Khomri law project »
Photo20160331_141212
Photo20160331_141307
Photo20160331_141318
El Khomri, Valls, Macron, nous ne serons pas de la chair à patron [El Khomri, Valls, Macron, we won't be boss fodder]
« El Khomri, Valls, Macron, nous ne serons pas de la chair à patron » « El Khomri, Valls, Macron, we won't be boss fodder »
St Charles dit non [St Charles says no]
« St Charles dit non » « St Charles says no »
Bienvenue en démocratie [Welcome to democracy]
« Bienvenue en démocratie » « Welcome to democracy »
Métro boulot caveau [Underground work vault]
« Métro boulot caveau » « Underground work vault »
Saint Charles en lutte [Saint Charles in struggle]
« Saint Charles en lutte » « Saint Charles in struggle »
Rose promise, chomdu [Promised rose, unemployment]
« Rose promise, chomdu » « Promised rose, unemployment »
Ça sent le Gattaz, tout va péter [It smells like Gattaz, everything will explode]
« Ça sent le Gattaz, tout va péter » « It smells like Gattaz, everything will explode »
Si on avait voulu se faire baiser par le gouvernement, on aurait élu Brad Pitt [If we had wanted to get fucked by the government, we would have elected Brad Pitt]
« Si on avait voulu se faire baiser par le gouvernement, on aurait élu Brad Pitt » « If we had wanted to get fucked by the government, we would have elected Brad Pitt »
Loi travail, non merci [Work law, no thanks]
« Loi travail, non merci » « Work law, no thanks »
Non au racisme d'état, désamorçons la bombe bleu blanc rouge [No to state racism, let's defuse the blue white red bomb]
« Non au racisme d'état, désamorçons la bombe bleu blanc rouge » « No to state racism, let's defuse the blue white red bomb »
Si on voulait déconner avec le code du travail, on aurait élu M. Burns [If we wanted to mess with the work law, we would have elected Mr Burns]
« Si on voulait déconner avec le code du travail, on aurait élu M. Burns » « If we wanted to mess with the work law, we would have elected Mr Burns »
Lycée Pissarro Pontoise 95 et lycée Romain Rolland Ivry sur Seine 94 [High school Pontoise 95 and high school Romain Rolland Ivry sur Seine 94]
Lycée Pissarro Pontoise 95 et lycée Romain Rolland Ivry sur Seine 94 High school Pontoise 95 and high school Romain Rolland Ivry sur Seine 94
Etudiants et lycéens contre la loi travail [Students and high school students against the 'work' law]
« Étudiants et lycéens contre la loi travail » « Students and high school students against the 'work' law »
(Cachan) change le monde, la révolte gronde [(Cachan) changes the world, the revolt rumbles]
« (Cachan) change le monde, la révolte gronde » « (Cachan) changes the world, the revolt rumbles »
P7 en lutte [P7 in struggle]
« P7 en lutte » « P7 in struggle »
Inalco contre la loi travail [Inalco against the 'work' law]
« Inalco contre la loi travail » « Inalco against the 'work' law »
Saint Denis en lutte [Saint Denis in struggle]
« Saint Denis en lutte » « Saint Denis in struggle »
Loi travail à la baille ['work' law in the old tub]
« Loi travail à la baille » « 'work' law in the old tub »
Etudiantes de Marne-La-Vallée énervées [Irrated students of Marne-La-Vallée]
« Etudiantes de Marne-La-Vallée énervées » « Irrated students of Marne-La-Vallée »
Ils ont les milliards, nous sommes des millions [They have the billions, we are the millions]
« Ils ont les milliards, nous sommes des millions » « They have the billions, we are the millions »
Paris 3 en lutte [Paris 3 in struggle]
« Paris 3 en lutte » « Paris 3 in struggle »
Pas de droit du travail sans droit au chômage [No work law without unemployment law]
« Pas de droit du travail sans droit au chômage » « No work law without unemployment law »
Halte au massacre des droits du travail, stop au MEDEF et au gouvernement, CGT [Stop the massacre of the work rights, stop the MEDEF and the government, CGT]
« Halte au massacre des droits du travail, stop au MEDEF et au gouvernement », CGT « Stop the massacre of the work rights, stop the MEDEF and the government », CGT
Hollande, Valls, Macron, votre libéralisme nous mène au fascisme, CGT [Hollande, Valls, Macron, your liberalism leads us to fascism, CGT]
« Hollande, Valls, Macron, votre libéralisme nous mène au fascisme », CGT « Hollande, Valls, Macron, your liberalism leads us to fascism », CGT
Droit du travail, nous ne laisserons pas le MEDEF faire sa loi, CGT URIF [Work law, we won't let the MEDEF impose its rule, CGT URIF]
« Droit du travail, nous ne laisserons pas le MEDEF faire sa loi », CGT URIF « Work law, we won't let the MEDEF impose its rule », CGT URIF
Nanterre contre la loi travail, CGT [Nanterre against the 'work' law, CGT]
« Nanterre contre la loi travail », CGT « Nanterre against the 'work' law », CGT
Retrait de la loi El Khomri, CGT Paris [Withdrawal of the El Khomri law, CGT Paris]
« Retrait de la loi El Khomri », CGT Paris « Withdrawal of the El Khomri law », CGT Paris
Retrait du projet de loi El Khomri, le code du travail doit protéger le salarié, pas le MEDEF, CGT [Withdrawal of the El Khomri law project, the work law must protect the employee, not the MEDEF, CGT]
« Retrait du projet de loi El Khomri, le code du travail doit protéger le salarié, pas le MEDEF », CGT « Withdrawal of the El Khomri law project, the work law must protect the employee, not the MEDEF », CGT
Non à la jungle patronale, retrait de la loi travail, CGT Montreuil [No to the employers' jungle, withdrawal of the 'work' law, CGT Montreuil]
« Non à la jungle patronale, retrait de la loi travail », CGT Montreuil « No to the employers' jungle, withdrawal of the 'work' law », CGT Montreuil
Meufs bi gouines trans pédales, c'est la grève générale [Bisexual, butch, transsexual women, it's the general strike]
« Meufs bi gouines trans pédales, c'est la grève générale » « Bisexual, butch, transsexual women, it's the general strike »
Non à la loi travail, non au démantèlement du code du travail, CGT Filpac [No to the 'work' law, no to the dismantling of the work law, CGT Filpac]
« Non à la loi travail, non au démantèlement du code du travail », CGT Filpac « No to the 'work' law, no to the dismantling of the work law », CGT Filpac
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Tagué , , ,

Manifestation contre l’état d’urgence samedi 30 janvier 2016 à Paris [Demonstration against the emergency state Saturday, January 30th, 2016 in Paris]

État d'urgence, déchéance, c'est NON [Emergency state, forfeiture, it's NO]
Français English
J’ai participé à la manifestation contre l’état d’urgence samedi 30 janvier 2016 à Paris. Des syndicats de travailleurs (CGT, SUD, CNT, …), un syndicat étudiant (SUD étudiant), plusieurs organisations politiques (PCF, PG, NPA, Fédération Anarchiste, AL, PCOF, POID, …) et quelques autres organisations (Amis de la Terre, Amnesty International, ligue des droits de l’homme, quadrature du net, égalité, collectif « stop à l’état d’urgence », collectif « nous ne céderons pas », …) étaient présents. I participated in the demonstration against the emergency state Saturday, January 30th, 2016 in Paris. Several trade unions (CGT, SUD, CNT, …), a student union (SUD student), several political organizations (PCF, PG, NPA, Anarchist Federation, AL, PCOF, POID, …) and several other organizations (Friends of the Earth, Amnesty International, human rights league, squaring of the net, equality, group « stop the emergency state », group « we won’t give up », …) were present.
Les principales revendications sont les suivantes :

  • Levée immédiate de l’état d’urgence et de l’état d’exception permanent
  • Abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité
  • Arrêt de la répression et de la stigmatisation des manifestants et militants des mouvements sociaux, des migrants, des musulmans ou supposés l’être, des quartiers populaires
  • Respect de la liberté de manifester, de se réunir et de s’exprimer

The main demands are these furthers:

  • Immediate removal of the emergency state and of the permanent exception state
  • Abandonment of the constitutionnalization of the emergency state and of the forfeiture of nationality
  • Stop of the repression and the stigmatization of the protesters and the activists of the social movements, the migrants, the Muslims or supposed to be, the popular districts
  • Respect for the freedom to demonstrate, to assemble and to express oneself

Le gouvernement essaie d’utiliser la peur de nouveaux attentats pour nous faire accepter d’importants reculs dans notre droit à la vie privée et nos libertés, notamment la liberté de réunion, la liberté d’expression et la liberté de circulation. Cela est une bien étrange manière de se distinguer de l’organisation « état islamique », organisation prétendument religieuse qui souhaite exercer un pouvoir politique autoritaire sur la société civile, comme l’état d’urgence nous éloigne de la démocratie et nous rapproche d’un régime autoritaire. Les attentats de novembre 2015 ont été une aubaine pour lui, ils lui servent à faire accepter des mesures qui ne passeraient pas inaperçues en temps normal et il frappe large. Alors que les restrictions excessives et disproportionnées sur les libertés fondamentales sont sensées cibler les « terroristes », plusieurs militants écologistes ont été assignés à résidence pendant la COP 21 bien qu’ils ne représentaient absolument pas une menace pour l’ordre publique contrairement à ce qu’a prétendu le premier ministre Manuel Valls. Il ne s’agit absolument pas de légitimer les massacres d’innocents mais ces dérives autoritaires montrent qu’aux yeux du gouvernement, les terroristes ne sont pas seulement les auteurs de ces massacres et ceux qui souhaitent en commettre, ce sont aussi les personnes s’opposant à sa politique sans volonté de donner la mort, les militants politiques, syndicaux et associatifs. L’interdiction de la majorité des manifestations politiques au nom de la sécurité est un moyen efficace de museler toute contestation de sa politique. La prolongation et la constitutionnalisation de l’état d’urgence me font craindre que ses mesures d’exception deviennent permanentes et se substituent au droit commun alors qu’elles affaiblissent des garde-fous essentiels dans un régime démocratique (la séparation des pouvoirs, la présomption d’innocence, …) sans montrer leur efficacité contre le terrorisme. Ainsi, plus de 2700 perquisitions administratives à toute heure effectuées depuis le 13 novembre 2015 n’ont mené qu’à l’ouverture de cinq enquêtes pour des faits liés au terrorisme. L’état d’urgence s’avère même complètement contre-productif dans la lutte contre le terrorisme puisque les violentes exactions des policiers commises pendant les perquisitions (un homme handicapé à 80% a eu 4 dents cassées, une fillette a été blessée, …) et les assignations à résidence sans fondement ne font qu’augmenter le ressentiment à l’égard des forces de police et la défiance vis-à-vis de l’État. La boucle est bouclée, le capitalisme améliore sa fabrication de monstres, il affaiblit la démocratie, il entretient la peur, il sème la haine, il stigmatise certaines catégories de la population, il massacre des civils (environ 150 Syriens meurent chaque jour depuis plus d’un an et demi), il sème les graines du terrorisme partout et la récolte (les attentats) lui permet de justifier de nouveaux affaiblissements de la démocratie. La surveillance toujours plus accrue des citoyens couplée à la criminalisation des mobilisations sociales illustre la dérive policière d’un gouvernement qui ne marque aucune pause dans sa politique austéritaire et qui tolère de moins en moins la contestation. Peut-on encore parler de démocratie quand un régime réprime l’opposition politique organisée et les contre-pouvoirs? Même l’ONU s’en inquiète. The government is trying to use the fear of new attacks to make us accept some significant setbacks in our right to privacy and our freedoms, including the freedom of assembly, the freedom of expression and the freedom of movement. This is a strange way to distinguish itself from the organization « Islamic State », purportedly religious organization wishing to exercise an authoritarian political power over the civil society, as the state of emergency moves us away from democracy and brings us closer to an authoritarian regime. The attacks in November 2015 was a boon for it, they’ve used it to make us accept some measures that would go unnoticed in normal times and it strikes widely. Whereas the excessive and disproportionate restrictions on the fundamental freedoms are supposed to target the « terrorists », many environmental activists were placed under house arrest during the COP 21, though they by no means constituted a threat to public order contrary to what claimed the Prime Minister Manuel Valls. I absolutely don’t legitimize the massacres of innocent people but these authoritarian tendencies show that in the view of the government, the terrorists aren’t only the perpetrators of these massacres and those who wish to commit some more, they are also the people opposing to its policies without will to kill, the political, union and association activists. The ban of most political demonstrations in the name of security is an effective way to silence any challenge to its policies. The extension and entrenchment of the state of emergency make me fear that its emergency measures become permanent and supersede the common law whereas they undermine the essential safeguards in a democracy (separation of powers, presumption of innocence, …) without showing their effectiveness against terrorism. Thus, over 2700 administrative house searches performed at any time since November 13th, 2015 have led to the opening of only five investigations for some offenses related to terrorism. The state of emergency seems to be even completely counterproductive in the fight against terrorism since the violent abuses of the policemen committed during the house searches (a man disabled at 80% had 4 broken teeth, a young girl was injured, …) and unfounded house arrest only increase the resentment of the police and vis-à-vis the State distrust. The loop is closed, capitalism improves its manufacturing monsters, it weakens democracy, it maintains fear, it sows hatred, it stigmatizes certain categories of the population, massacre of civilians (about 150 Syrians die every day for more than a year and a half), it sows the seeds of terrorism everywhere and the harvest (the attacks) allows him to justify further weakening of democracy. The ever increasing surveillance of citizens coupled with the criminalization of social protests shows police derives from a government that does not break his mark in austéritaire policy that tolerates less dissent. Can we still talk about democracy when a regime represses organized political opposition and against-powers? Even the UN is worried about this.
Les auteurs des attentats de novembre 2015 n’avaient rien à perdre, ils voulaient mourir en martyrs, il est vain de vouloir les effrayer et je doute fort qu’ils soient vraiment les cibles du tour de vis sécuritaire en cours. Je pense qu’il n’y aurait pas d’attentats dans une société dans laquelle tout le monde aurait quelque chose à perdre en se tuant de la sorte. Y aurait-il encore des candidats aux attentats suicides si tout le monde mangeait à sa faim et avait un logement? L’urgence n’est-elle pas ailleurs? L’état urgence masque des tas d’urgences. The authors of the November 2015 attacks had nothing to lose, they wanted to die as martyrs, it is futile to try to scare them and I doubt that they are really the target of the excessive security downward spiral in progress. I think that there would be no attacks in a society in which everyone would have something to lose by killing so. Would there still be any candidates as suicide bombers if everyone had enough to eat and had a housing? Isn’t the emergency elsewhere? The emergency state hides lots of emergencies.
Ma France des libertés, où es-tu? [My France of the freedoms, where are you?]
« Ma France des libertés, où es-tu? » « My France of the freedoms, where are you? »
Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité, collectif montreuillois [No to the emergency state, no to the forfeiture of nationality, group of Montreuil]
« Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité », collectif montreuillois « No to the emergency state, no to the forfeiture of nationality », group of Montreuil
Ni déchéance ni état d'urgence, nous ne céderons pas [Neither forfeiture nor state emergency, we won't give up]
« Ni déchéance ni état d'urgence, nous ne céderons pas » « Neither forfeiture nor state emergency, we won't give up »
État d'urgence, leurs rêves sont nos cauchemars, Fédération Anarchiste [Emergency state, their dreams are our nightmares, Anarchist Federation]
« État d'urgence, leurs rêves sont nos cauchemars », Fédération Anarchiste « Emergency state, their dreams are our nightmares », Anarchist Federation
Révision de la constitution, état d'urgence permanent, déchéance de nationalité, pour nous c'est définitivement non, PCF [Revision of the Constitution, permanent emergency state, forfeiture of nationality, for us it's definitively no, PCF]
« Révision de la constitution, état d'urgence permanent, déchéance de nationalité, pour nous c'est définitivement non », PCF « Revision of the Constitution, permanent emergency state, forfeiture of nationality, for us it's definitively no », PCF
Pour l'émancipation et le progrès social, organisation de femmes Égalité [For emancipation and social progress, organization of women Equality]
« Pour l'émancipation et le progrès social », organisation de femmes Égalité « For emancipation and social progress », organization of women Equality
Liberté de circulation et d'installation pour tous, coordination des sans papiers de Paris [Freedom of movement and of move for all, coordination of the undocumented immigrants in Paris]
« Liberté de circulation et d'installation pour tous », coordination des sans papiers de Paris « Freedom of movement and of move for all », coordination of the undocumented immigrants in Paris
État raciste et sécuritaire, la seule urgence, résister [Racist and safety state, the only emergency, resist]
« État raciste et sécuritaire, la seule urgence, résister » « Racist and safety state, the only emergency, resist »
Boycott Israël Apartheid, BDS [Boycott Israel Apartheid, BDS]
« Boycott Israël Apartheid », BDS « Boycott Israel Apartheid », BDS
Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes, CNT [No war between the people, no peace between the classes, CNT]
« Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes », CNT « No war between the people, no peace between the classes », CNT
Contre le racisme et l'antisémitisme [Against racism and anti-Semitism]
« Contre le racisme et l'antisémitisme » « Against racism and anti-Semitism »
Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité, CGT Paris [No to the state emergency, no to the forfeiture of nationality, CGT Paris]
« Non à l'état d'urgence, non à la déchéance de nationalité », CGT Paris « No to the state emergency, no to the forfeiture of nationality », CGT Paris
On bosse ici et ensemble, on fait le même travail, on veut les mêmes droits, CGT 78 [We work here and together, we do the same job, we want the same rights, CGT 78]
« On bosse ici et ensemble, on fait le même travail, on veut les mêmes droits », CGT 78 « We work here and together, we do the same job, we want the same rights », CGT 78
PCOF [PCOF]
PCOF PCOF
Liberté, égalité, fraternité, ni déchéance, ni état d'urgence, parti de gauche [Freedom, equality, fraternity, neither forfeiture, nor emergency state, left-wing party]
« Liberté, égalité, fraternité, ni déchéance, ni état d'urgence », parti de gauche « Freedom, equality, fraternity, neither forfeiture, nor emergency state », left-wing party
Sortir de l'état d'urgence [Leave the emergency state]
« Sortir de l'état d'urgence » « Leave the emergency state »
La quadrature du net, internet et libertés [The squaring of the net, internet and freedoms]
La quadrature du net, « internet et libertés » The squaring of the net, « internet and freedoms »
Non aux expulsions à Notre Dame des Landes [No to the evictions at Notre Dame des Landes]
« Non aux expulsions à Notre Dame des Landes » « No to the evictions at Notre Dame des Landes »
Défendons la ZAD, attaquons l’État [Let's defend the ZAD, let's attack the State]
« Défendons la ZAD, attaquons l’État » « Let's defend the ZAD, let's attack the State »
Étudiants mobilisés contre l'état policier [Students mobilized against the police state]
« Étudiants mobilisés contre l'état policier » « Students mobilized against the police state »
Nous sommes tous des Good Year, levée immédiate de l'état d'urgence, SUD étudiant Nanterre [We are all some Good Year, immediate removal of the emergency state, SUD student Nanterre]
« Nous sommes tous des Good Year, levée immédiate de l'état d'urgence », SUD étudiant Nanterre « We are all some Good Year, immediate removal of the emergency state », SUD student Nanterre
Europalestine [Europalestine]
Europalestine Europalestine
Photo20160130_153952
Crimes policiers = crimes racistes, urgence, la police assassine [Police crimes = racist crimes, emergency, the police kills]
« Crimes policiers = crimes racistes, urgence, la police assassine » « Police crimes = racist crimes, emergency, the police kills »
Nouveau parti anticapitaliste [New Anticapitalist Party]
Nouveau parti anticapitaliste New Anticapitalist Party
Jeunesse sans papiers, jeunesse volée, la loi doit changer, RESF [Youth without papers, stolen youth, the law must change, RESF]
« Jeunesse sans papiers, jeunesse volée, la loi doit changer », RESF « Youth without papers, stolen youth, the law must change », RESF
Licence Creative Commons
Les photos de cet article sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé
Creative Commons License
The photos of this article are licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse
Publié dans Politique, syndicalisme et vie associative | Tagué , , ,