Je soutiens Philippe Poutou, le candidat du NPA à l’élection présidentielle française de 2012 [I support Philippe Poutou, the candidate of the NPA in the French presidential election of 2012]

Français English

Préambule


Preamble

Je m’exprime en mon nom propre, en tant que militant et membre fondateur du Nouveau Parti Anticapitaliste. Mes propos n’engagent que ma propre personne et peuvent ne pas refléter fidèlement le programme du parti que vous pouvez trouver ici. I speak on my own behalf, as an activist and founding member of the New Anticapitalist Party. My comments are solely of my own person and may not accurately reflect the party’s platform that you can find here.
Je m’engage à exprimer mes opinions en toute liberté, sans pression ni censure. Néanmoins, je le fais sans avoir recours aux insultes et aux propos diffamatoires, je ne diffuse pas de données personnelles sans l’accord des personnes concernées. Je m’engage également à respecter le droit de réponse (cf. les mentions légales de mon blog). Je m’opposerai avec vigueur à toute tentative de la direction du secteur jeune du Nouveau Parti Anticapitaliste d’intervenir sur le contenu de mon blog et je me réserve le droit de saisir la commission de médiation en cas de désaccord. I undertake to freely express my opinions, without pressure or censorship. However, I do it without resorting to insults and defamatory comments, I do not release personal data without the consent of the concerned persons. I also undertake to respect the right of reply (see the legal notice of my blog). I will vigorously oppose any attempt by the leadership of the young sector of the New Anticapitalist Party to intervene in the content of my blog and I reserve the right to refer this case to the mediation board in case of disagreement.
A celles et ceux qui profiteraient de cette occasion pour rouvrir les vieux dossiers, je donne à nouveau les vieilles réponses. Je suis trop jeune pour radoter. I give back the old answers to those who would use this opportunity to remind old stories. I’m too young to ramble.

Petit rappel à mes lecteurs vivant à l’étranger


Little reminder to my readers living abroad

En France, l’élection présidentielle détermine la personne qui sera élue président(e) de la république pour un mandat de cinq ans. Le scrutin est ouvert à toute personne majeure (plus de 18 ans) de nationalité française inscrite sur une liste électorale et qui jouit de ses droits civils et politiques. Le droit de vote des femmes fut obtenu tardivement après la seconde guerre mondiale. In France, the presidential election determines who will be elected president of the Republic for a term of five years. Voting is open to any adult (over 18) of French nationality whose full name has been put into the electoral register and who enjoys his civil and political rights. The right of women to vote was obtained late after World War II.

L’élection présidentielle, le grand écart


The presidential election, the splits

Le Nouveau Parti Anticapitaliste n’est vraiment pas dans son élément dans ce type d’élection comme c’est celui qui sacralise le plus la personnalisation du pouvoir ce qui va à l’encontre de notre projet de société. En effet, nous pensons que la politique est l’affaire de toutes et de tous, pas d’une poignée de “professionnels”. Comme le dit souvent Philippe Poutou : “L’important, c’est que notre message passe”. Cette élection est surtout une tribune, un bon moyen de faire connaître notre projet, lequel importe plus que la personne choisie pour nous représenter, c’est pourquoi je ne m’appesantirai pas trop sur ce choix. Je pense qu’il y a peu de choses à attendre des élections en général tant les possibilités sont restreintes dans les institutions au service du système capitaliste. Olivier Besancenot a eu raison de ne pas se présenter afin d’éviter de rendre notre parti trop dépendant de son image. The New Anticapitalist Party is not really in its element in this kind of election as is the one who sanctifies the most personalization of power which goes against our project of society. Indeed, we believe that politics is a matter for all, not a handful of "professionals". As Philippe Poutou often says: "The important thing is that our message passes". This election is mainly a platform, a good way to publicize our project, which is more important than the person chosen to represent us, so I will not dwell too much on this choice. I think there are few things to expect from elections in general as opportunities may be limited in institutions serving the capitalist system. Olivier Besancenot was right not to stand to avoid making our party too dependent on his image.

Philippe Poutou, le messager cohérent avec le message


Philippe Poutou, the messenger consistent with the message

Notre candidat est un ouvrier, réparateur de machines-outils dans l’usine Ford de Blanquefort près de Bordeaux. Il est mieux placé que les individus qui font de la politique leur gagne-pain quand il s’agit de parler du monde ouvrier, de la précarité et des difficultés quotidiennes des gens ayant de faibles revenus car cela fait partie de son vécu. Our candidate is a workman who repairs machine tools in the Ford factory in Blanquefort near Bordeaux. He is better placed than the individuals who make politics their livelihood when it comes to talking about the working world, precariousness and daily challenges of people with low incomes because it is part of his life.
Il compte bien retourner à l’usine après l’élection. Il ne voit pas la politique comme un métier, il ne veut pas faire carrière là-dedans. Il rappelle en meeting que nous sommes favorables à l’instauration d’un contrôle complet des élus par les citoyens. De tels élus seraient plus modestement rémunérés (pour ne pas les déconnecter de la réalité du quotidien des gens qu’ils représenteraient), ils s’engageraient sur un mandat et pourraient être révoqués à tout moment. He intends to return to the factory after the election. He does not see politics as a profession, he does not want to make a career there. He reminds in meetings that we support the establishment of full control of elected representants by the citizens. These ones would be more modestly paid (not to disconnect them from the reality of people’s daily life they represent), they would undertake on a mandate and could be revoked at any time.
De plus, il est habitué à agir en groupe en tant que militant syndicaliste CGT, c’est ce qu’il met en avant, la lutte et la nécessité de s’organiser collectivement. Ce n’est pas un détail. Il ne se présente pas comme l’homme providentiel. Moreover, he is accustomed to act in a group as a CGT trade union activist, that’s what he puts forward, struggle and the need to collectively organize ourselves. This is not a detail. He does not present itself as the providential man.
D’ailleurs, il a participé au sauvetage d’un millier d’emplois dans “son” entreprise, il est la preuve vivante que la lutte paie, que nous pouvons exercer une pression efficace sur les capitalistes afin d’empêcher la casse sociale. C’est un signal très positif que le Nouveau Parti Anticapitaliste envoie ainsi à l’ensemble des salariés et particulièrement à ceux en lutte. Besides, he helped rescue a thousand jobs in "his" company, he is the living proof that struggle pays, we can exert effective pressure on capitalists to prevent social damage. This is a very positive signal that the New Anticapitalist Party sends to all employees and particularly those in struggle.

Voter pour dégager Sarkozy mais …


Vote to throw Sarkozy out but …

Après 5 années de destruction sociale (LRU, fermeture de nombreux centres IVG, réforme des retraites, création de la franchise médicale, nombreux déremboursements de médicaments, plan HPST, DADVSI, LOPPSI 1 et 2, HADOPI, le fichage des écoliers, …), il est grand temps de virer Sarkozy et toute sa clique. The English translation will be available very soon.
Néanmoins, faut-il remplacer la peste par le choléra? Le gouvernement Jospin a encore plus privatisé (ou préparé à la privatisation) que le gouvernement Juppé : Thomson, France Télécom, Gan, CIC, Crédit Mutuel, Crédit Lyonnais, Airbus, … Il n’est pas revenu sur les mesures libérales des gouvernements de droite qui l’ont précédé.
La gauche plurielle a saupoudré quelques avancées sociales (dont la loi instituant les 35 heures de travail hebdomadaires, le congé paternité, le PACS, l’AME et la CMU) mais elle a globalement trahi les travailleurs (en accordant des aides et des subventions sans condition à des entreprises qui ont licencié même quand leurs profits augmentaient comme Michelin) et les étudiants (notamment en entamant la mise en application de la réforme LMD dans le cadre du processus de Sorbonne-Bologne).
L’Union pour un Mouvement Populaire et le Parti Socialiste préparent une cure d’austérité pour la France avec le soutien plus ou moins assumé de la quasi intégralité des autres formations politiques à l’exception de Lutte Ouvrière et du Nouveau Parti Anticapitaliste. Le Front de Gauche, plus ambigu, souhaite peser sur le PS tout en s’opposant aux mesures de rigueur. Le Front National a été le seul parti à voter contre le vœu de soutien (et une aide de 28000 euros) du conseil régional de Provence Alpes Côte-d’Azur aux salariés de l’usine Fralib de Gemenos, il n’est pas du côté des travailleurs, cela a le mérite d’être clair. Cette crise n’est pas la nôtre, nous n’en sommes pas responsables, aux seuls capitalistes de payer toutes leurs crises. Voter pour Hollande revient à lui donner la légitimité des urnes pour mener la politique d’austérité voulue par l’ensemble des forces capitalistes.
Jean-Luc Mélenchon utilise les aspirations légitimes des travailleurs pour servir ses propres ambitions. Il est temps de choisir entre la gauche alternaïve, celle qui veut peser sur le Parti Socialiste avec des recettes qui ont déjà montré leur inefficacité en 1981 et dans la gauche plurielle, celle qui veut à nouveau décevoir et trahir en proposant un timide replâtrage du système et en avalant toutes les couleuvres des sociaux-libéraux pour gagner la course aux postes à tout prix, et la gauche alternative indépendante du social-libéralisme avec un réel projet visant à se donner les moyens d’améliorer les conditions de vie des travailleurs. J’ai déjà participé à quelques échanges avec des militants du Parti de Gauche, certains sont clairement toujours dans une quête obsessionnelle de reconnaissance du Parti Socialiste. Ils n’ont pas compris que la “révolution” par les urnes ne peut pas se substituer aux luttes et que ce n’est pas ça qui nous permettra d’obtenir de nouvelles conquêtes sociales. Le Front de Gauche ressemble trop à une fusée chargée de mettre sur orbite le Parti de Gauche afin de permettre à ses cadres d’obtenir les postes qu’ils ne pouvaient décrocher en restant au Parti Socialiste. Le Parti Communiste Français n’avait pas réussi à peser sur le Parti Socialiste après 1981 même en ayant obtenu 15,35% des voies, pourquoi cette méthode fonctionnerait-elle en 2012?

Voter pour un programme anticapitaliste


Vote for an anticapitalist platform

Le Nouveau Parti Anticapitaliste paie aujourd’hui le prix de ses fondations ambigües. Il est l’aboutissement de deux projets d’élargissement de la base de la Ligue Communiste Révolutionnaire bien distincts, le projet de rassemblement de tous les anti-libéraux qui s’étaient prononcés contre le traité constitutionnel européen d’un côté et le regroupement des forces révolutionnaires voulu dès 1995 par la tendance de Lutte Ouvrière “Voix des travailleurs” (qui forma la tendance “Démocratie Révolutionnaire” dans la Ligue Communiste Révolutionnaire 3 ans après l’exclusion de ses membres de Lutte Ouvrière) de l’autre. C’est pour cette raison que je parle seulement d’un programme anticapitaliste défendu dans le cadre de cette élection plutôt que d’un projet de société anticapitaliste et révolutionnaire.
Les moyens sont là. Malgré la crise, au premier semestre 2011, les profits des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 10%. Les dispositifs dérogatoires au versement de cotisations sociales ont représenté 172 milliards d’euros en 2010. L’Etat a versé 65 milliards d’aides publiques aux entreprises en 2010.
Le Nouveau Parti Anticapitaliste défend 4 mesures d’urgence pour changer radicalement nos conditions d’existence :

  • un bouclier social pour protéger les salaires (SMIC à 1700 euros net), les emplois (interdiction des licenciements) et la protection sociale (retraite à 60 ans, prise en compte de la pénibilité, soins et médicaments gratuits)
  • une fiscalité anticapitaliste (suppression de la TVA, élargissement de l’impôt sur la fortune, interdiction des stock-options, suppression des exonérations de cotisations et autres cadeaux fiscaux, relèvement de l’impôt sur les sociétés à 50%)
  • arrêter de financer les banques, empêcher les spéculateurs, les banquiers et les capitalistes de nuire (arrêt du paiement de la dette et de ses intérêts, audit citoyen, annulation de la dette illégitime et réquisition des banques sous le contrôle des travailleurs)
  • une transition écologique radicale et une planification écologique, publique, démocratique (sortie du nucléaire en 10 ans, réquisition des groupes de l’énergie sous contrôle des travailleurs, gratuité des consommations de base, une transition énergétique basée sur la planification des besoins socialement utiles)

Les autres mesures phares du programme du Nouveau Parti Anticapitaliste sont les suivantes (liste non exhaustive) :

  • le partage du temps de travail entre toutes et tous
  • le passage à 32 heures de travail par semaine sans annualisation ni baisse de salaire
  • l’interdiction des temps partiels imposés
  • le remplacement des emplois précaires par des contrats de travail à durée indéterminée
  • l’arrêt des suppressions de postes dans la fonction publique et la titularisation des précaires
  • la création d’un million d’emploi dans la fonction publique
  • la pénalisation systématique des employeurs en cas d’accident du travail ou de suicide lié à l’activité professionnelle
  • l’autogestion : l’organisation du travail par les travailleurs
  • l’arrêt des aides publiques aux entreprises
  • la gratuité de l’éducation de la maternelle à l’université
  • l’abrogation de la loi Fillon de 2005, de la réforme LMD et de la loi LRU
  • la rémunération des stages à hauteur du SMIC
  • le rétablissement des diplômes nationaux de qualité largement reconnus sur le monde du travail
  • une éducation et une recherche au service des étudiants et de la population, ne répondant pas aux besoins immédiats des entreprises
  • la nationalisation des cliniques privées et des entreprises pharmaceutiques
  • l’arrêt des restructurations hospitalières
  • l’abrogation de la loi Bachelot
  • le maintien des hôpitaux de proximité
  • la réquisition des logements vides
  • la construction de 120000 logements sociaux
  • l’arrêt de la vente des hébergements à loyer modéré avec la renationalisation des logements déjà vendus
  • le blocage des loyers
  • le développement massif des transports en commun publics et gratuits
  • le financement par les entreprises de la totalité des déplacements vers le lieu de travail
  • la suppression de la fonction présidentielle et du sénat
  • la proportionnelle intégrale à toutes les élections
  • la révocabilité des élus ne respectant pas leurs mandats
  • l’arrêt de la concentration des médias
  • la création d’un organisme démocratique de contrôle des médias
  • la liberté complète de diffusion
  • la baisse rapide du recours aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon)
  • la création de places en crèche à hauteur des besoins
  • l’accès à la maternelle dès 2 ans
  • la création de véritables services publics pour les personnes agées et la petite enfance
  • l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes
  • la contraception et l’avortement accessibles et gratuits
  • une loi-cadre contre les violences faites aux femmes
  • une véritable politique de lutte contre le sexisme
  • la régularisation de tous les sans-papiers
  • l’abrogation des lois anti-immigrés et islamophobes
  • la fin de l’impunité policière
  • le retrait des troupes françaises de tous les pays étrangers
  • l’abrogation des accords et dispositifs européens relatifs à l’immigration
  • la défense du droit des peuples à l’autodétermination
  • la dissolution de l’OMC, du FMI et de la Banque Mondiale

Il existe des similitudes entre notre programme et celui d’autres formations de gauche radicale dont Lutte Ouvrière et le Front de Gauche (Parti de Gauche, Parti Communiste Français, Gauche Unitaire). Néanmoins, leurs élus traînent pas mal de casseroles. Comment le Parti Communiste Français peut-il parler de défense des services publics au niveau national tout en votant la privatisation des transports publics au niveau local à Valenciennes? Comment le Parti de Gauche peut-il tenir le même discours sur l’éducation tout en mettant à la disposition des petites et moyennes entreprises les plates-formes technologiques des lycées et des établissements d’enseignement supérieur, pour la réalisation de projets industriels à cause de ce cher Jean-Luc Mélenchon? Comment le Parti de Gauche peut-il parler de démocratie quand ses propres militants démissionnaires parlent de déni de démocratie, de clanisme, de clientélisme, de manigances vaines pour acquérir seulement le pouvoir dans un territoire sans l’implication effective de ses militant(e)s? Lutte Ouvrière parle de révolution le dimanche mais ne s’oppose pas à la vente des équipements sportifs publics de ma commune (Bagnolet) en conseil municipal (en s’abstenant le 12 avril 2012). La mobilisation citoyenne a permis la réouverture des deux gymnases concernés. Si vous aimez les services publics, soutenez le Nouveau Parti Anticapitaliste, laissez les autres partis de gauche dans leurs contradictions.
Un rédacteur d’un grand groupe français d’édition thématique sur Internet a écrit que l’idée de passer à 32 heures de travail par semaine est saugrenue. Il est certain que cela ne va pas dans le sens des actionnaires. Sa réaction est à l’image de celles de beaucoup d’hommes politiques capitalistes, toute proposition n’allant pas dans le sens de la réduction du coût du travail est alors considérée comme évidemment ridicule. Balayer d’un revers de main toute avancée sociale en considérant que les principes économiques capitalistes ne se discutent pas est un bon moyen de nier le caractère profondément politique des choix économiques et de ne pas reconnaître que ceux qui sont faits à l’heure actuelle visent bien à satisfaire les intérêts des seuls capitalistes. A ce propos, Michel Husson, économiste, a écrit dans le journal "L’humanité" : "Dans le privé, la baisse du temps de travail est le seul moyen de créer des emplois durables".
Le programme parle de l’organisation du travail par les travailleurs. Autant appeler un chat un chat, nous sommes favorables à l’autogestion. Pour ma part, j’estime que les travailleurs pourraient prendre toutes les décisions relatives aux structures dans lesquelles ils exercent leurs métiers. A l’heure actuelle, elles sont prises par une minorité qui se sert de ce prétexte pour justifier ses revenus plus élevés. La démocratie s’arrête aux portes des entreprises. Si les responsabilités étaient mieux réparties, non seulement elles permettraient aux employés de ne plus subir les choix d’une minorité mais elles justifieraient une autre répartition des richesses. Je pense que les usagers doivent aussi être associés à ces décisions comme ils sont concernés. Il faut éviter de reproduire dans les organisations à but non lucratif et les coopératives les mêmes dérives que dans les entreprises capitalistes classiques. L’autogestion ne doit mener ni à l’autoexploitation, ni à la mise en concurrence des travailleurs entre eux, ni à l’accaparation des ressources par une minorité. C’est pourquoi notre programme parle aussi de planification démocratique.
Selon moi, ce sont aux entreprises elles-mêmes de financer la formation complémentaire d’un salarié à un poste précis, le système d’enseignement supérieur public n’a pas à servir les intérêts privés, il doit surtout rendre les étudiants pédagogiquement autonomes pour qu’ils puissent se mettre à niveau seuls tout au long de leur vie sans avoir recours à des organismes privés de formation continue. Selon l’Observatoire de la Vie Etudiante, 70% des étudiants qui travaillent pendant leurs études échouent à leurs examens en première année à l’université. C’est pourquoi le Nouveau Parti Anticapitaliste propose le versement d’une allocation d’autonomie (également appelé pré-salaire étudiant, la retraite étant un post-salaire) pour permettre à tous les jeunes d’étudier dans de bonnes conditions financières, sans la pression des parents (la dépendance économique est parfois utilisée pour intervenir sur les choix d’études) et sans avoir besoin d’un "petit" boulot pour financer les études. L’alternance et l’apprentissage sont surtout de bons moyens de fournir de la main d’oeuvre bon marché au secteur privé tout en diminuant les coûts de formation pour les organismes concernés (moins d’heures de cours = moins d’heures à payer des enseignants) et en vidant les diplômes de leurs contenus. La professionnalisation de l’enseignement supérieur est une impasse pour la jeunesse. L’adaptation des formations aux demandes des entreprises rend les étudiants très dépendants de ces dernières. Je m’oppose avec vigueur aux D.D.D (diplômes à durée déterminée), des diplômes reconnus pendant une courte période (quelques années) par un faible nombre d’entreprises. La formation continue est souvent à la charge du salarié. La casse de nos diplômes a pour but non seulement de nous obliger à passer à la caisse plus régulièrement pour être formés à la fois pour enrichir les entreprises du marché de l’éducation et pour nous appauvrir. Un salarié endetté avec un diplôme peu reconnu est potentiellement plus docile qu’un salarié non endetté avec un diplôme de qualité reconnu au niveau national. Notre éducation ne doit pas être une marchandise. C’est pourquoi le Nouveau Parti Anticapitaliste est favorable à la gratuité de l’éducation de la maternelle à l’université.
Seulement 3% des étudiants en Ile-de-France sont logés dans les résidences universitaires publiques. Malgré la loi SRU, la France manque de logements sociaux. C’est pourquoi le Nouveau Parti Anticapitaliste propose la réquisition des logements vides, la création de 120000 logements sociaux et l’arrêt de la revente des hébergements à loyer modéré.
Je vous encourage vivement à lire notre programme complet ici. I urge you to read our full program here.

Des éclairages nécessaires sur notre rapport à la religion


Some necessary lights on our relationship with religion

Selon moi, nous pourrions tout à fait dénoncer les discriminations religieuses sans nous interdire toute critique de la croyance, des religions et de leurs rites. Une telle critique est d’autant plus importante que certaines organisations religieuses défendent bel et bien des orientations politiques quand leurs représentants se prononcent sur l’homosexualité, les cellules souches, l’euthanasie et l’avortement. Le Nouveau Parti Anticapitaliste est un parti vaguement laïc, notre position sur le port de signes religieux est moins claire que celle de la LCR et la mienne à cause de nos désaccords en interne. Je pense que la laïcité à la française au sens strict du terme ne permet pas de trancher certaines questions. A un moment donné, il faut faire un choix de perspective à très long terme entre l’athéisme et la coexistence de multiples religions pour décider si oui ou non la politique et la religion doivent être mis au même niveau.
J’estime que l’anti-américanisme n’est pas une garantie de progrès social, une organisation religieuse peut s’opposer aux USA sur la base d’un projet obscurantiste oppressif. C’est pourquoi je m’oppose à tout soutien inconditionnel à des organisations religieuses et en particulier à toute organisation religieuse défendant un projet de société régressif pour les droits des femmes, la liberté de pensée, la liberté d’expression et la liberté de culte.
Pour ma part, en tant qu’athée, j’estime que la croyance ne se prouve pas, qu’il est souhaitable de s’en passer et que les organisations religieuses ne doivent jamais imposer leurs choix aux organisations démocratiques. Elle représente une source de clivage inutile dans la société quand elle est surexposée alors qu’elle ne concerne que le croyant et son dieu, elle ne devrait pas apparaître dans la sphère publique. L’accès au savoir est une condition nécessaire à l’émancipation de l’espèce humaine, la croyance religieuse basée sur la vérité révélée est un obstacle à un tel accès quand son dogme (non vérifiable) cherche à se substituer à la connaissance (vérifiable). Elle détourne les travailleurs de toute prise de conscience de leur propre pouvoir au profit d’un sauveur. Elle déresponsabilise l’être humain, elle l’anesthésie (pour qu’il accepte sa condition sans broncher) en lui promettant une vie meilleure après la mort, elle valorise la soumission et l’obéissance, c’est ainsi qu’elle soutient les capitalistes, elle les aide à imposer à la majorité de la population des systèmes sociaux voulus par une minorité.
Je rappelle qu’être athée est toujours un crime dans certains pays, par exemple en Indonésie. I remind that being an atheist is always a crime in some countries, for example in Indonesia.
L’article 214-65 du code rural stipule que “Toutes les précautions doivent être prises en vue d’épargner aux animaux toute excitation, douleur ou souffrance évitables pendant les opérations de déchargement, d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage ou de mise à mort”.
L’article 214-70 prévoit une exception permettant l’abattage d’animaux sans étourdissement.
C’est typiquement le genre de chose que je dénonce, c’est la religion qui dicte sa loi à la société pour préserver ses traditions même quand elles sont cruelles et irrespectueuses de la vie animale.
C’est à la religion d’adapter ses rites au fonctionnement de la société et non à la société d’adapter son fonctionnement aux rites religieux.
Je ne pense pas que nous devrions nous débarrasser de la religion par l’usage de la force ou de la contrainte, nous devrions au moins nous assurer qu’elle reste à sa place, dans la sphère privée, et qu’elle ne tente pas de supplanter la politique et les sciences.

Des élections pas si régulières même dans un pays développé comme la France


Not so legitimate elections even in a developed country like France

Les élections européennes du 7 juin 2009 avaient été entachées d’irrégularités que plusieurs grands médias s’étaient bien gardés d’évoquer malgré mes sollicitations. En effet, les bulletins du Nouveau Parti Anticapitaliste étaient restés en carton dans les coffres dans plusieurs bureaux de vote (voire dans des villes entières) alors qu’ils avaient bien été envoyés par les préfectures et reçus avant l’ouverture (des vérifications avaient été effectuées au préalable). Certains présidents de bureau avaient répondu aux électeurs qui cherchaient nos bulletins qu’ils n’avaient qu’à les télécharger, car les petites listes n’avaient pas les moyens de les éditer, ce fut le cas dans plusieurs bureaux à Grigny, Montreuil, Saint André de Sangonis, Toulouse, Perpignan, Montpellier. Certains sont allés jusqu’à refuser de suspendre l’élection pour remettre les bulletins, notamment à Jarny.
L’auteur d’un article dans le journal du Nouveau Parti Anticapitaliste avait fait remarquer que la quasi intégralité des communes concernées étaient tenues par le Parti Communiste Français. The author of an article in the newspaper of the New Anticapitalist Party had noted that almost all of the concerned municipalities were held by the French Communist Party.
Cela me conforte dans ma méfiance vis-à-vis des institutions "démocratiques" françaises. This reinforces my distrust on French "democratic" institutions.

Des candidats qui ne dérangent pas le système capitaliste en place


Candidates who do not disturb the capitalist system in place

Yahoo, Twitter et Facebook ont censuré le mouvement "Occupy Wall Street" et la fondation L’abbé Pierre, Facebook a censuré une pétition contre BP mais pas les "révolutionnaires" arabes, ces derniers ne représentant pas une menace pour les intérêts américains. Les outils de réseau social et de microblogage centralisés et basés essentiellement sur des solutions logicielles propriétaires sont tenus par les capitalistes. J’estime qu’ils permettent de vérifier si quelque chose dérange le système. Certains de mes camarades se réjouissent du buzz de Philippe Poutou sur Twitter, je ne suis pas du tout de leur avis car cela prouve que les capitalistes ne nous craignent pas, ils nous laissent utiliser leurs tuyaux pour diffuser nos idées. Cela se vérifie aussi avec d’autres candidats de la gauche radicale bien plus tièdes que lui.

Pour aller plus loin dans la lutte contre la personnalisation du pouvoir


To go further in the struggle against the personalization of power

Cette campagne va tout à fait dans le sens des capitalistes. Les échanges sont commentés de la même manière que des matchs de football et des émissions de télé-réalité, le clash (les confrontations de personnes) et le trash (les injures et les propos diffamatoires) sont mis en avant. Ils parlent de tendances, de chiffres, cela donne l’impression de lire des conseils pour les paris sportifs. La politique est transformée en vulgaire divertissement. Que reste-t-il du fond, des orientations et des programmes politiques? Où est passée l’information?
Le Nouveau Parti Anticapitaliste ne sort pas de ce cadre comme il accepte bêtement les règles fixées. Notre candidat et nos représentants rentrent dans le moule. A quoi bon se battre pour disposer d’une large tribune médiatique si au final nous nous laissons enfermer dans leur jeu? Nous devrions être prêts à bousculer les règles. Au lieu de cela, notre candidat a un compte Facebook, il accepte les likes comme une marque ou une célébrité. Comment pouvons-nous dénoncer la personnalisation de la politique tout en se jetant de notre plein gré dans ce piège?
A mon humble avis, notre candidat devrait systématiquement refuser de répondre aux questions personnelles pour s’opposer à la vedettisation de la vie politique. Les électeurs doivent adhérer à un projet politique, pas à une personne. Le messager devrait faire place au message. In my humble opinion, our candidate should systematically refuse to answer personal questions to oppose the celebritization of political life. Voters have to support a political project, not a person. The messenger should make way for the message.
Les contenus textuels (notamment les interviews) et les images devraient être mieux contrôlés pour empêcher toute marchandisation de l’information, par exemple en optant pour des licences de libre diffusion interdisant les utilisations commerciales et les modifications. Ainsi, nous pourrions éviter que nos interventions soient déformées et mélangées à des publicités (surtout quand elles jouent sur les discriminations contre lesquelles nous nous battons). Un tel contrôle permettrait également à nos candidats de sortir de la vie publique s’ils le veulent. Le problème se pose particulièrement dans notre parti comme aucun de nous ne souhaite faire carrière en politique. Une exposition médiatique durable n’est pas sans conséquence sur la vie personnelle et professionnelle. Ce serait aussi un bon moyen de rappeler que la gestion des données personnelles, de l’image et de la réputation sur Internet est un enjeu de société. C’est à nous de (re)prendre le contrôle sur nos propres informations.
Je pense que nous devrions reposer le moins possible sur une seule personne et répartir les interventions publiques entre plusieurs porte-paroles y compris pendant les élections afin de faire comprendre aux travailleurs que la lutte est une affaire collective et que nous ne leur envoyons pas un sauveur. La solution ne réside pas dans la délégation du pouvoir à des élus mais plutôt dans l’intervention permanente de l’ensemble de la population dans tous les choix politiques. Nous pourrions même envisager d’utiliser un avatar virtuel dans les interventions publiques. Comme le droit à l’image de la personne en France prévoit une exception autorisant l’utilisation d’images d’une personnalité publique lors de ses activités publiques (par exemple en meeting et dans les débats télévisés), ma suggestion obligerait les médias capitalistes à demander l’autorisation préalable de la personne concernée pour utiliser des photos prises hors de ce cadre.
En verrouillant mieux la communication, nous pourrions imposer nos conditions. Les médias capitalistes sont nos ennemis, ils doivent être traités comme tels. Ils ne sont pas indépendants du pouvoir économique, nous ne devrions donc pas hésiter à le rappeler et à aller très loin dans le cadrage de nos échanges. Nous devrions refuser d’envoyer nos candidats dans des émissions d’infotainment (mélange d’information et de divertissement) et bénéficier d’un droit de regard sur les images diffusés. Je constate avec tristesse que le documentaire "L’argent dette" est nettement plus instructif que de nombreux débats dont j’ai vu des extraits sur Internet.
Mes propositions visent à mettre en pratique les principes du Nouveau Parti Anticapitaliste dans sa communication, pour que la forme soit cohérente avec le fond.

Le mécénat global collectiviste coopératif, pour donner corps à la liberté de diffusion et faire oublier Hadopi


The collectivist cooperative global patronage, to embody the freedom of broadcasting and let forget Hadopi

Le programme du Nouveau Parti Anticapitaliste consacre à peine un paragraphe à la liberté de diffusion. Mon article revient longuement sur un projet qui me tient à cœur. Pour résumer, je propose la mise en place d’un forfait unique comprenant l’accès illimité à Internet, à la téléphonie fixe et mobile et la liberté de partager des contenus immatériels (jeux, livres, vidéos, musiques, etc…) à un tarif dépendant des revenus (15 euros par mois par personne imposable recevant le salaire mensuel médian soit 1653 euros). Cette contribution serait directement reversée aux créateurs, elle serait essentiellement répartie en fonction des votes des usagers et elle ciblerait les personnes qui en ont vraiment besoin. Seuls les licences libres et les licences de libre diffusion seraient reconnus par la loi. Le droit de paternité resterait en vigueur mais pas les autres modalités du droit d’auteur. Le secteur des télécommunications serait progressivement nationalisé puis mis sous le contrôle des travailleurs et des usagers pour protéger la neutralité du net, la liberté d’expression, la liberté de pensée, le droit à l’image de la personne physique, le contrôle individuel des données personnelles, …
Selon Richard Stallman : "Enseigner un programme non libre revient à enseigner la dépendance, ce qui est contraire à la mission de l’école". C’est pourquoi je m’oppose vigoureusement à l’utilisation de logiciels propriétaires dans l’éducation. According to Richard Stallman: "Teaching a non-free program returns to teach dependence, which is contrary to the mission of the school". That is why I am strongly opposed to the use of proprietary softwares in education.

Vers un troisième tour social


To a third social ballot

Voter ne signifie pas donner un blanc-seing aux élus. Je n’aurai donc aucun complexe à manifester contre les plans de rigueur après l’élection. J’espère que vous serez nombreux à nous rejoindre dans une lutte unitaire contre les mesures d’austérité. En attendant, votez Philippe Poutou, pour donner à nos gouvernants dans les urnes un avant-goût de ce qui les attend dans les rues. Plus que jamais, je reste convaincu que nos vies valent plus que leurs profits. Voting does not mean giving a blank check to elected officials. I will have no complexes to demonstrate against austerity after the election. I hope many of you will join us in a united struggle against austerity measures. Meanwhile, vote for Philippe Poutou, to give our leaders at the ballot boxes a taste of what awaits them in the streets. More than ever, I remain convinced that our lives are worth more than their profits.
Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d'Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 non transposé
Creative Commons License
This article is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License
Auteur : Julien Gouesse Author: Julien Gouesse

À propos de gouessej

Ingénieur en informatique, militant politique d'extrême-gauche, développeur de logiciels libres multi-plateformes. Engineer in computer science, far left-wing political activist, developer of free open source cross-platform softwares.
Cette entrée, publiée dans Politique, syndicalisme et vie associative, est taguée . Bookmarquez ce permalien.

Une réponse à Je soutiens Philippe Poutou, le candidat du NPA à l’élection présidentielle française de 2012 [I support Philippe Poutou, the candidate of the NPA in the French presidential election of 2012]

  1. Pingback: Bonne année 2012 [Happy new year 2012] | Blog de Julien Gouesse

Les commentaires sont fermés.